Une débutante dans le décor - Ep1 - le carton plume

Bonjour à tous,

Pour faire suite au sujet Comment développer la communauté?, j’ouvre une rubrique pour présenter les travaux pratiques et exercices que je vais mener au sein du club de miniatures de Puteaux.

Aujourd’hui j’ai rencontré Nicolas et quelques autres membres pour faire connaissance avec les lieux. Un endroit très spacieux avec une vingtaine de postes individuel.

J’ai pu voir la quantité de matériaux, de peintures et de matériels à disposition et j’ai pu ainsi appréhender l’atmosphère des lieux.

Chacun et chacune (beaucoup de filles) vient avec son projet et se confronte à l’oeil des collègues. Une pièce permet de laisser sa production en cours de réalisation d’une séance à l’autre. Utile pour ceux qui manquent de place chez eux.

Une autre pièce est dédiée à la peinture, aération indispensable et utilité du masque sans polémique.

Même pour l’héroit Fantasy, que ce soit une scène ou une figurine, la recherche du détail qui rend l’ensemble homogène et crédible est un fil conducteur très appréciable. J’ai pu m’en rendre compte en échangeant avec plusieurs maquettistes.

On ne cherche pas à bien faire chaque détail, on cherche à ce que l’ensemble corresponde finalement à ses attentes, soit cohérent et rende l’atmosphère qui est attendu.

Il y en a pour tous les gouts, à toutes les échelles : des maisons, des intérieurs de salle de classe, des figurines en actions, des scènes de guerre, une reconstitution d’un château fort, un faucon millenium grande échelle …

J’ai vu par exemple une maquette d’une maison en construction faite avec des poutres plastiques pour la charpente (kit bashing) et un mur réalisé brique par brique, des briques moulées en plâtre. C’est bluffant de réalisme au final, la maitrise de la peinture est une évidence.

Il y avait même une jeune fille (absence malheureusement) qui réalise une petite scène en H0 avec un quai, des lumières, une petite annexe abandonnée, une ambiance sous la neige. Plutot très sympa. J’en ai oublié de prendre la photo et de toute façon il me faudrait lui demander la permission. Une prochaine fois.

J’ai présenté mon projet global à Nicolas, en précisant que je souhaitais travailler sur des techniques bien particulières à chaque session, afin d’apprendre et de transposer sur mon module au fur et à mesure.

Cerise sur le gateau, j’ai trouvé dans leur bibliothèque une référence sur la patine d’un wagon avec l’utilisation de pigments. J’en parlerais dans quelques temps, quand je me serais essayée à cette technique.

Enfin la séance est de 9h à 11h, ensuite ce sont des plus jeunes de 11h à 13h. Le temps est passé tellement vite que j’ai fait les 4 heures sans m’en rendre compte.

La suite dans le prochain message, avec le premier travaux pratique, concernant le carton-plume.

– Le club de Puteaux

L’univers de la miniature / scrapbooking, guide des pré-inscriptions en page 64, le mercredi soir et le samedi matin pour les adultes.

L’adresse est à l’Académie de Billard au 31 rue Cartault - Puteaux. Il faut se pré-inscrire avant - attention date limite au 15 octobre !

PS: sur le chemin du retour, je suis passée par le rond point des bergères. Il y a un mur de soutènement très intéressant. Je l’ai pris en photo, il fera certainement l’objet d’un prochain travaux pratiques.

Premier travaux pratique, j’ai demandé à découvrir le carton-plume.

J’ai eu cet été une première expérience avec le dépron, mais j’ai trouvé ce matériaux finalement peu adapté à ce que j’envisage. Il est hydrophobe et plutôt cassant, pas facile à couper droit.

De mes lectures, j’ai décidé d’utiliser assez largement le carton-plume dans différentes situations : pour noyer la voie C, pour réaliser un quai ou un mur de soutènement, pour réaliser les pavés d’une hall à marchandises ou encore le sol de ma remise diesel.

Nicolas m’avais préparé quelques échantillons, en attirant mon attention sur le fait que tous les cartons-plumes ne se pèlent pas si facilement que ça.

Autre point important : le carton plume est très fragile.

Dans mon projet, je veux déplacer mes personnages pour réaliser des scènes photographiques. Il m’a déconseillé d’utiliser une pointe pour les maintenir mais plutôt une goutte de patafix.

Du fait de la constitution du carton plume, il faut n’utiliser que de la colle à bois et de la peinture acrylique. Tout autre produit sera de nature à “manger” la mousse de polyuréthane au fil du temps.

Pour découper le carton plume, un tapis de découpe, un bon cutter et une bonne assise : débout, tenir fermement le carton et la règle / équerre de la main gauche et couper fermement en deux ou trois passages de la main droite.

J’ai pu m’exercer sur du carton plume de 5 mm d’épaisseur et obtenir des découpes de 2 mm de largeur. Elles sont alors plutot flexibles, pour faire des arrondis de trottoir par exemple.

Une astuce de Nicolas : toujours couper sur les deux mêmes côtés afin de laisser deux côtés non coupés, plus simple pour l’équerre ! c’est du bon sens mais il voit régulièrement des personnes découper une petite pièce au milieu d’un grand carton …

Après plusieurs découpes à plusieurs dimensions, sans difficulté particulière, j’ai choisi deux morceaux pour faire des essais pour un rebord de quai avec des pavés.

J’ai tout simplement pelé une face du carton plume puis “dessiné” mes pavés avec la pointe d’un petit tournevis plat sur le premier morceau.

Sur le second, j’ai utilisé un petit scalpel. ça permet de descendre un peu plus profond et surtout cela m’a permis de réaliser des petites entailles pour simuler des pavés abimés.

Passage à l’atelier peinture pour mettre un apprêt sous forme de bombe (un “prime”).

Pour nous, il y en a essentiellement trois à posséder : blanc, gris et noir.

Le blanc est à réserver pour les objets qui devront avoir une certaine brillance. Pour nos décors, en général, le noir c’est bien et le gris peut être nécessaire pour des objets un peu plus clair.

J’ai fait mon après avec la bombe noire.

Alors on secoue bien la bombe pendant 10 à 15 secondes pour bien mélanger la peinture avec la colle. On peint dans un carton, pour éviter d’en mettre partout, on aère bien la pièce et on met son masque :slight_smile:

On commence par envoyer un jet sur le carton, juste au cas où la buse enverrait un gros patté. Puis on pulvérise par tous petits à coups à une distance de 20 à 30 cm pour faire comme un nuage autour de l’objet.

Le résultat final est surprenant. On voit bien le grain du carton plume ce qui rend finalement ce décor plus réaliste.

Ensuite je vais passer à la peinture. Avec un pinceau mi-large, la surface à couvrir est quand même importante.

J’ai choisi un gris médium d’une marque bien connue.

Quelques gouttes de peinture, de l’eau pour diluer et je peins ma surface.

La peinture sèche très vite, c’est pourquoi il ne faut en mettre que quelques gouttes puis renouveler l’opération en refermant bien le tube après chaque usage. J’ai été surprise par la vitesse de séchage.

Mes pavés commencent à apparaitre après cette première couche. Il est temps de faire les contours.

Pour cela nous allons prendre un noir et faire deux opérations distinctes :

Une première qui consiste à diluer le noir et à le passer sur les pavés, en insistant sur les interstices. Quand c’est un peu trop noir, on mouille le pinceau et on repasse sur la peinture fraiche pour l’éclaircir. Facile.

La seconde opération consiste à prendre un pinceau très très fin avec directement du noir non dilué pour dessiner un trait léger entre les pavés. C’est plus délicat d’autant que le carton plume que j’utilise pour l’exercice boit beaucoup.

Les pavés sont foncés, je m’en inquiète mais Nicolas rigole et me rassure. Il manque le brossage à sec.

Nous allons prendre un blanc bien blanc. Toujours cette marque connue.

Le brossage à sec consiste à mettre un peu de peinture sur un pinceau large et dur, puis à étaler cette peinture sur une feuille de papier. Il ne doit rester quasiment aucun pigment sur les poils du pinceau.

Puis on “brosse” littéralement les pavés en étant perpendiculaire aux interstices - c’est important. C’est surprenant, en plusieurs passages l’ensemble s’éclairci sur les zones planes.

Attention néanmoins, le carton plume est très fragile, il faut appuyer mais pas trop. C’est un coup de main à prendre.

Bon le résultat final n’est pas trop mal pour une première fois :smiley:

Les pinceaux se nettoient à l’eau du robinet. J’ai oublié de préciser que j’avais un petit pot de yaourt en verre avec de l’eau pour humidifier mes pinceaux et diluer mes peintures sur une palette plastique.

Dernière recommandation : pour mélanger la peinture avec l’eau, il faut éviter de le faire avec les poils du pinceau car ça l’abime vite. Nicolas utilise le manche d’un vieux pinceau dédié pour ça.

A la prochaine session … (le sujet n’est pas encore décidé). Stay tunes !

Super ton club. Ce sont les avantages de la région parisienne, en province l’offre est plus limitée.
Avec ça tu va nous faire un super module :grinning:

Merci Philippe

Pas pour l’instant car je n’ai pas le temps, mais ça me donne envie de créer un club de miniatures à Poitiers.

Je suis surprise par le nombre de jeunes que cela intéresse et il y a beaucoup à faire sur tout un tas de sujets qui les intéresse.

@+

Bonjour.
Je découvre cet échange qui m’est proposé comme nouveau sujet. Alors, j’ai deux questions.:

  1. Qu’est ce que le carton plume et dans quel genre de boutique ça s’achète?
  2. Ou peut on encore trouver de la peinture Humbrol?
    Merci de votre attention.

Bonjour Alain,

De couleur blanc mat uniforme, le carton-plume est une feuille disponible en différents formats et différentes épaisseurs - typiquement 3 et 5 mm.

La feuille est composée d’une mousse de polyuréthane tapissée sur les deux faces par une feuille de papier couché mat.

Cette feuille est légère et plutot rigide. Elle se découpe au cutter assez facilement.

Cette feuille est compatible avec tous les types de colles, avec ou sans solvant mais il est préférable d’utiliser la colle à bois. Elle se peint avec de la peinture acrylique car les peintures avec solvant peuvent l’abimer au fil du temps.

Comme décrit dans mon TP, on peut peler une des faces pour travailler directement la mousse et graver typiquement des pavés.

J’utilise du carton-plume de la marque Canson - bonne réputation pour nos travaux - que l’on trouve par exemple chez Rougier & Plé. Cf https://www.rougier-ple.fr/carton-plume-5mm-classique-lot-de-4.r.html

Re,

Oui on trouve encore de la peinture Humbrol, par exemple chez Maketis.

Ceci dit, suite à mon TP et mes échanges avec des modélistes éclairés, je suis maintenant convaincue qu’il est préférable de mettre un apprêt et de travailler avec de l’acrylique (de chez Prince August par exemple), que ce soit une surface plastique ou carton plume. Et de fixer avec un vernis mat pour une bonne tenue à la poussière.

Nuancier Prince August Classic.pdf (1,0 Mo)

Merci. La réponse est très sympa. Je vais essayer d’en trouver dès demain matin pour réaliser quelques quais à la bonne hauteur.

Merci aussi pour cette réponse. Il y a effectivement un nuancier assez complet.!
Encore merci.

Bonjour à tous,

Pour le carton plume lorsqu’on est en province on en trouve dans des enseignes de matériel de bureau, de dessin, de bonnes papeteries.
Comme l’évoque Julie les qualités peuvent être un peu différentes, en particulier certains peuvent être difficiles à peler.
En acheter une feuille pour essayer.
A moins de trouver du canson…

C’est fait. J’ai acheté une grande plaque. C’est effectivement une sorte de mousse entre deux feuilles de papier blanc. J’y vois déja une première utilité. Le dessin de quais adaptés à la voie C.
Mais, au fait, quelle est la hauteur des quais, en HO, et en cm? :speech_balloon:

Bonjour Alain,

Si tu fais une recherche sur Google, on trouve des hauteur de 4 à 10 mm par rapport au rail. Tout dépend finalement du type de quai et aussi de ton matériel roulant. Je pense qu’il faut faire des essais. Et tenir compte aussi de l’épaisseur du ballast, surtout en voie C.

Il y a aussi plusieurs discussions dans ce forum à ce sujet. Tu peux regarder avec la fonction de recherche : https://forum.3rails.fr/search?q=hauteur%20quai

@+

Merci pour le lien mais le sujet le plus proche abordé :

Hauteur et éloignement d’un quai de gare

n’a jamais reçu de réponse. Dommage

Il me semblait bien avoir déjà donné la réponse.
Hauteur de quais et Voie "M": hauteur des quai. Que l’on soit en M ou en C c’est pareil vu que les deux voies ont la même hauteur.

Sylvain

Tu vois. C’est sympa de donner une hauteur de quai par type de voie/Fabricant mais on fini par ne plus s’en sortir. Pour ma part, je prèfère qu’on donne la hauteur par rapport au plateau et, après chacun se débrouille selon son type de voie. C’est plus clair.

Enfin. Pour l’instant, je n’en suis pas là. Je suis tombé sur cette découverte du carton plume par les hasards du forum.

Bonjour Alain,

Sur mon réseau plutôt époque 3 je suis à 12 mm (2 épaisseurs depron 6 mm)
Par contre pour un réseau plus moderne c’est peut être un peu bas

Philippe

Bonsoir,

Tu n’as pas eu de problème pour peindre le quai en dépron ? J’ai découvert que c’est une matière hydrophobe et donc pas possible d’utiliser de l’acrylique.

C’est pour ça d’ailleurs que je suis partie vers le carton-plume que je trouve aussi plus facile à couper.

A te lire,

Amicalement

En fait, j’avais utilisé ces plaques de Depron pour mettre sous les voies des gares principales et cachées, ainsi qu’en remplissage entre les voies dans le dépôt.
Je ne me suis pas trop posé de question et je les ai superposées pour faire les quais.
J’ai fais les bordures de quai avec des éléments de chez architecture et passion

Qui justement font 12 mm de haut.

et pour la peinture j’ai eu l’idée d’utiliser des pots de démonstration (petit volume) trouvé chez casto, couleur gris urbain
C’est une peinture multi support avec sous couche intégrée qui couvre très bien et il y a un grand choix de teintes à un prix plus compétitif que les peintures spéciales modélisme;
nettoyage des outils à l’eau.
(ce sont des petits pots qui sont normalement vendu pour faire des essais de teinte)

En fait je n’ai découvert le carton plume que plus tard en lisant les posts de manu…
Sinon j’aurai surement utilisé du carton plume qui se découpe effectivement un peu mieux.

Mes quais ne sont pas la chose la plus réussie de mon réseau, en particulier la peinture des bords est loupée. Si un jour j’ai du courage , je sais que ce sera un truc à refaire… :wink:

1 J'aime

Bonjour Philippe,

Merci pour ces informations très intéressantes.

Pour mon module Dépôt Diesel, j’envisage d’utiliser plutôt une sous-couche en fibre pour parquet flottant (5 mm) collé sur le module Maketis, préalablement apprêté pour éviter que le MDF ne soit trop en contact avec de l’humidité (lors du ballast et cie). Cela devrait aussi réduire les bruits de roulement. Tests à prévoir semaine prochaine, je vais enfin commencer.

Puis le relief et les remplissages avec du carton-plume, car plus simple à couper et à peindre avec de l’acrylique.