Restauration d’une HR 800

Bonjour,
J’ai récupéré une vieille loco analogique HR 800 en piteux état. Je cherche à me procurer une vue éclatée afin de faire l’inventaire des pièces manquantes. L’un de vous aurait-il en sa possession un tel document ?
Sur le site de Märklin de tels “Explosionszeichnuung” sont téléchargeables mais pas celles des plus anciennes. Merci d’avance.

Bonsoir Jean-claude,

Quelle version de la HR800 disposes-tu, HR 800 N ou HR 800 VK

Tu pourras trouver les pièces détachées manquantes et peintures avec les teintes d’origines chez Ritter en Allemagne ritter-restaurationen.de/index.pl?sprID=1;usrEmail=;usrPwd=

Sébastien

Bonjour Jean-Claude

Il faut aussi rechercher Ersatzteile ou Ersatzteilelisten, avec les quelques machines de cette époque dont je trouve les éclatés c’est la recherche qui fonctionne le mieux. Je suis tombé ici: ttn-shop.com/ersatzteilliste-hr800vk.php (c’est la VK, il y a aussi la N), pas trop mal. Bon ce n’est pas que les pièces originales, il y a aussi les variantes plus modernes.

Bonne restauration

Sylvain

Merci Sébastien et Sylvain.

Apparemment il s’agirait d’une HR 800 N, version des années 51-53.



Comme vous le voyez … la pauvre …
Plus de bissel à l’avant, manquent quatre roues, un essieu, une partie de l’embiellage … et le tender !
Je n’ai pas encore testé le moteur ni l’inverseur.

J’ai trouvé ce document très succinct sur internet :

Voili voilou ! Au boulot !

Bonjour,
Ayant l’intention de restaurer cette vieille loco, je me suis procuré les pièces manquantes.
J’ai reçu les essieux complets. Les trois axes sont déjà équipés des roues avec couronne dentée, il me faut fixer la seconde roue après introduction des essieux dans le châssis et là … souci … pas évident d’introduire la seconde roue.
Avant de commettre l’irréparable, je préfère demander conseil. Y a-t-il une technique particulière pour introduire la seconde roue sur l’essieu ?
En vous remerciant par avance.

Bonsoir Jean-Claude

La technique officielle c’est une presse avec des matrices adaptées aux roues.

En techniques officieuses il y a :

  • Une petite presse de modélisme comme la nouvelle de Proxxon (elle est sur ma liste d’achat à venir)
  • L’utilisation d’un tour avec sa contre-pointe, la roue avec l’axe est fixée dans la poupée, l’autre sur la poupée et on fait avancer la poupée pour presser .
  • En dernier c’est un étau assez gros et sans trop de jeu. Bien placer les roues et les presser en fermant l’étau.

J’ai souvent utilisé la dernière méthode sur des roues préalablement démontées et donc c’est plus facile qu’avec des roues neuves. Il faut faire attention à respecter le calage des roues (différence angulaire entre les deux côtés) et leur parallélismes.
Il existe un outil pour les roues superfine fabriqué par apogée vapeur, l’outil n’est pas adapté pour des roues Märklin, mais les vidéos de démonstration peuvent donner une idée de comment faire avec un étau.

Bonne suite

Sylvain

Bonsoir Sylvain,
Grand merci pour cette réponse prompte. Les quelques tentatives que j’ai faites m’ont fait prendre conscience de la difficulté de la chose ! Et en plus il y a la différence angulaire comme tu le précises entre chaque côté ! Il va falloir cogiter sec !

Bonjour,

J’ai donc cogité … et je me suis lancé dans la fabrication de matrices adaptées aux roues. Technique de coulage dans un moule réalisé avec une résine haute température. C’est ainsi que je fabrique des canons en modélisme naval.
Un premier cliché montrant le moule et les deux matrices réalisées en étain :


et un second avec le montage de roues anciennes pour tester le dispositif :


Ca semble fonctionner. Il faudra voir avec des essieux neufs. Je suis en attente d’un essieu avec bandages et dès réception je me lance. A ce propos, deux questions :

  • Le décalage angulaire est-il bien précis ? J’ai l’impression que c’est un décalage de l’ordre de 80 degrés.
  • Le jeu entre les roues et le châssis, y a-t-il une valeur recommandée ?

En vous remerciant par avance.

Amicalement.
Jean-Claude

Bonjour Jean-Claude

Le décalage angulaire des roues est très précis en vrai, car le moindre décalage entre les essieux entraine des points durs dans la rotation ainsi que des efforts additionnels dans les bielles et le châssis. La valeur est de 90° pour une machine à 2 ou 4 cylindres et de 120° pour une machine à 3 cylindres. Sauf erreur Märklin a toujours monté ses modèles avec un angle de 90°

Avec la construction Märklin à l’ancienne, il y a suffisamment de jeu dans les bielles pour s’autoriser quelques degrés d’écart.

L’écartement des roues doit être de 13.8mm entre les faces intérieurs des roues, Avec cela il doit rester un petit jeu entre les roues et le châssis pour permettre l’inscription en courbe de 286mm (le rayon industriel :scream:)

Bonne suite

Sylvain

Un grand merci pour ces précisions, Sylvain. Les bielles doivent en effet supporter quelques degrés d’écart.
J’ai reçu mes essieux. Yapluka !
Amicalement.
Jean-Claude

La loco est dorénavant équipée de ses nouveaux essieux. L’opération s’est faite sans douleur.

Bien qu’encore un peu hésitante, elle tourne de façon très satisfaisante. Prochaine étape, l’embiellage pour vérifier que je ne me suis pas planté dans les angles ! :frowning_face:

Avant de quitter, j’ai une question : sur les locos vapeur il y a présence d’un condensateur (?) de couleur marron (très proche de la roue la plus à droite sur la photo) qui relie le support d’un des balais (carbone) à ce que je pense être la masse. A quoi sert ce condensateur ? N’ayant pas eu ce condensateur avec le nouveau moteur, j’en ai emprunté un sur une autre loco. Il était écrit 250. 250 quoi ? µF, nF, pF… ? Merci d’avance.

Amitiés.
Jean-Claude

Bonsoir Jean-Claude

Au vu de la photo qui est à l’opposé des engrenages, le calage est bon voir même très bon.
Pour le roulement hésitant, il faut huiler tout cela, car à sec c’est pas bon! Cela concerne les engrenages et le passage des axes dans les tubes en laiton qui servent de palier.

Le condensateur est du déparasitage, voir le sujet Moteurs Märklin tout récent sur le forum et le premier schéma.
Il devrait également y avoir la ferrite entre le frotteur et le reste de la machine (UKW-Drossel).
Le condo c’est du 270pF céramique, qui avec l’amélioration des techniques de fabrication du matériel électronique sera remplacé par du 1nF de même taille. Actuellement on peut monter du 1nF sans autre, mais les actuels n’ont pas le charme des anciens.

Tu ne voudrais pas installer des fils noir ? Là en bleu flashy cela ne fait pas authentique.

Bonne suite

Sylvain

Grand merci Sylvain pour toutes ces infos.

J’avais lubrifié, comme tu le rappelles, mais ce n’est qu’après quelques tours de piste que les choses se sont arrangées. Par comparaison avec d’autres locos je trouve qu’elle a la pêche !

Je dois avoir une ferrite en réserve. C’est noté

Quant aux fils bleu flashy ? Non ? Ça ne passe pas ? J’étais obnubilé par le test de la loco aussi ai-je pris le fil que j’avais sous la main. Je te concède le manque total d’authenticité et cette loco sera donc équipée, pour sa plus grande joie, de câbles noir.

Merci pour tous ces conseils.

Amicalement.
Jean-Claude

Bonsoir. Où en est cette restauration passionnante ?

Bonsoir Vincent,
Honte à moi ! Trop pris par la mise au point d’une partie du réseau. Je n’oublie pas cette restauration et cela me fait énormément plaisir que tu la trouves passionnante. J’en suis très heureux. Ceci dit je me bats avec l’analogique et les cantons. Je vais y arriver. Je te promets que d’ici un à deux mois j’y reviendrai avec plus de sérénité et probablement beaucoup de questions pour vous les experts.
Au plaisir. Amicalement.