Cantons

Bonsoir à tous,
Malgré mes nombreuses lectures de forum, de doc märklin, etc… Je ne suis toujours pas au clair sur la création de cantons. (je comprend l’aspect théorique, mais je nage sur l’aspect concret). Je m’explique, j’ai cru comprendre qu’il y avait plusieurs solutions, mais je possède des rails de contact 24995 (rail C). Mon hypothèse: J’ouvre mon canton avec un rail 24995 isolé des précédents, je continue avec n’importe quels rails hors aiguillages et je referme mon canton avec le deuxième rail 24995 isolé contre la suite.
Première question est-ce ok ?
Deuxième question: Les rails entre les deux 24995 doivent-ils être coupés entre picots et rail à chaque éclisses ou sachant que un rail du 24995 est déjà coupés on ne fait rien.
Troisième question: Un seul fil bleu sur le s88 ou un fil début canton et un fil fin canton ?
Quatrième question: Le canton doit-il etre alimenter ou l’alim se fait entre les cantons ?
Cinquième question: Ou alors je suis tout faux et il faut utiliser un rail 24994 ou ni l’un ni l’autre ???
Je sais, ça doit casser les pieds à tout le monde d’expliquer toujours les même trucs… Mais je vous promet que j’ai beaucoup chercher…Mea culpa…
Jean-Luc
PS: Dans quelques semaines je vous encrasserez probablement avec des questions sur les signaux…

Bonjour Jean-Luc,

Je pense que la lecture de ce fil devrait répondre à toutes vos interrogations, surtout la dernière conversation.

[Conseil pour la création de cantons)

Jean (JW28), que je salue bien, a eu la patience d’expliquer de nombreuses fois sa philosophie sur l’isolation de la file complète de rail pour créer les cantons. Ce n’est pas utile de cloner et répéter ses propos.
Marklin propose d’autres solutions avec rails de télécommande 24994 ou rail de contact localisé voire étendu, et cela fait partie de l’explication de la notice du 24995 que l’on trouve sur leur site.
Chacun peut choisir sa solution en fonction de sa compréhension du système et ou du niveau de cannibalisation des voies qu’il souhaite.
Pas de problème, vous pourrez reposer les questions plus pertinentes après lecture de ce fil et nous seront là pour vous répondre.

PS : Je vais profiter du beau temps :sunny: pour sortir de mon bureau et m’éloigner de mon cher petit train :wink: :wink: en allant donner quelques coups de pagaies.

Amitiés bretonnes.

Bonsoir,
J’ai lu le post cité, en fait je suis intéressé par une approche plus générale du cantonnement. Je crois avoir compris l’approche de Jean, mais je m’intérroge sur des solutions qui ne nécessitent pas la “mutilation” de 90% de mes rails (plus par flemme que par respect pour l’intégrité de ceux-ci. J’ai repris son schéma mais déjà la, je me demande si l’utilisation de rail de contact 24995 permet de ne pas mutiler les coupons intérieurs (cf dessin)


Ensuite je me demande si l’utilisation du bus ecoslink avec les ecosdetector (je viens de commander une cerntrale esu ecos 2) se câble de la même manière au niveau des rails que le bus s88 et surtout s’il est préférable au S88 ?
En fait ce qui me serait utile et peut-être à vous aussi, c’est une sorte de répertoire des diverses techniques de cantonnement (avec les différents câblages en 3 rails, le nombre de connections au s88 ou autre), et les incidences de ces techniques sur les logiciels utilisés (TC ou Itrain). La compilation de ces données feraient un merveilleux tuto sur le cantonnement.
Je sais je suis un peu trop gourmand… Si vous pensez que mes questions font double emploi avec le post Conseil pour la création de cantons pas de problèmes pour moi.
Bonne soirée Jean-Luc

Pour éviter de mutiler la voie C, la meilleure solution consiste à utiliser des modules de rétro par détection de consommation de courant (comme en voie M où on a pas trop le choix). La solution par rail de contact ne transmet qu’une information fugitive (passage sur le rail) en un seul endroit du canton. Les deux autres solutions, celle de Jean (à mon avis la meilleure car elle détecte même les wagons décrochés et est la plus économique) ou celle de la conso de courant permettent une rétro permanente sur tout le canton.

Avis personnel qui n’engage que moi :unamused:

Bonsoir Jean-Luc,

Comme vous avez pu le lire dans le post que j’ai cité, les choix concernant la réalisation des cantons sont assez partagés.

Au tout début de mon réseau piloté par PC, j’ai utilisé divers types de contact car j’avais fait fonctionner mon premier réseau, avec une logique à relais, avec des rails de télécommandes (une dizaine) des ILS (une demi douzaine) et un rail de contact. Ce panachage n’était pas gênant mais manquait d’homogénéité. De plus certaines locomotives à très basse vitesse pouvaient rester “scotchées” sur les rails de télécommande en particulier avec les nouveaux frotteurs Maerklin !!

Pour harmoniser tout ça et ne pas me ruiner en 24995, j’ai réalisé mes rails de contacts en voie C en faisant les coupures de la liaison entre les deux rails et ceux-ci ont strictement la même fonction qu’une paire de 24995. On peut choisir sa longueur, sa forme sans cette contrainte d’avoir un rail droit équivalent à 188 mm imposé par les 2 x 24995. Par contre, il faut ajouter le petit isolateur de chaque coté pour ce déconnecter du rail suivant ou précédent et vérifier qu’il n’y a pas contact à la loupe et/ou à l’ohmmètre.

J’ai choisi l’option 2 contacts maximum par cantons qui permet de rentrer dans les deux sens et de servir de contact d’entrée ou de sortie. Certes cela ne détecte pas la présence d’un wagon égaré, mais effectivement avec cette option je n’ai mutilé qu’un minimum de rails !!
Avec iTrain, on gère facilement les rames avec cette configuration sous réserve d’un étalonnage précis de vitesse des locomotives.
Aujourd’hui, j’ai 28 contacts de ce type reliés à 2 S88 pour gérer 32 m de voies réalisées avec 180 coupons en tout : > 80 % ne sont pas cannibalisés.

Désolé, mais je ne connais ni l’ECOS ni la CS2 et je ne pourrais pas, pour l’instant, vous donner de renseignements sur les interfaces avec Ecoslink et Ecosdetector. J’irais, par curiosité, sur leur site pour voir comment cela fonctionne.

Je viens de lire le message d’olid qui est pertinent.

A bientôt

Amitiés bretonnes

Si j’ai bien compris, en utilisant l’ecosdetector d’Esu en mode detection de courant, je ne charcute plus de rails.


et de plus 4 entrees de l’ecosdetector sont capable de lire l’adresse de la loco si le decodeur est compatible railcom.
Mon schéma est-il correct ?
Maintenant la question est de savoir si itrain ou TC reconnaissent cette logique ?
Merci d’avance pour votre aide…
Jean-Luc

Bonjour,

Ce dessin fonctionnerait en utilisation 2R+3R de la voie K… mais seulement pour le 2R.
Sur les rails 3rails, il faut connecter l’écosdetector entre le 0 (les deux rails extérieurs de roulement) et le B (picots pour le frotteur).
J’envisage cette option à cause d’une loc qui a des problèmes de prise de masse, c’est une Fleischmann transformée en 3r.

Le Railcom ne fonctionne que dans le protocolle DCC, je ne sais pas s’il fonctionne aussi en mixte DCC+MM2 ou DCC+mfx. D’ailleurs, les pontes du Stummiforum sont unanimes dans leur verdict, railcom selon eux ne vaut rien et la communication mfx est beaucoup mieux à ce point. Et : tant que le réseau n’aura pas fonctionné sans que l’ordinateur soit connecté, l’ordinateur sait toujours où est quelle loc puisqu’il la suit des yeux - euh, des S88.

Bonjour à tous,

Jean-Luc, il y a une petite erreur dans la reproduction 1 de mon schéma, sans doute parceque mon propre schéma n’a pas été dessiné avec suffisamment de soin. On ne peut PAS brancher le fil rouge de courant traction à gauche sur la même file de rails que le fil bleu à droite. En 3-rail, Marklin, le fil rouge est branché sur le rail-picots central.

C’est mieux expliqué comme ça ? Jean-Luc, observe le dessous d’un coupon de voie C. Le B = fil rouge, le O au dessus du B = fil marron, et enfin le O à l’autre bout du coupon, en dessous du B = fil bleu… et ça marche sur un rail “canibalisé” (je n’aime pas trop ce terme mais bon…) bien sûr. Pourrais tu corriger ton schéma et le reporter ?

Je ne crois pas qu’un rail de contact intercalé dans ce schéma évite d’opérer tous les coupons, car le problème dans ce cas c’est que le coupon 2, par exemple, non opéré, fait passer le courant du rail du dessous vers rail du dessus. Il fait donc contact entre le fil marron et le fil bleu ce qui équivaut à la pose d’un wagon Marklin sur la voie ce qui signifie canton occupé.

A+ :slight_smile:

Bonsoir,
Alors si je comprend bien, selon mieux vaut utiliser du s88 style LDT ou autre pour une détection de consommation de courant ?
Jean-Luc

La détection de consommation du courant, sur voie 3rails, a deux inconvénients : elle coûte plus cher et elle mange de la tension (1,4V, à ce qu’on m’a dit).
Elle a un avantage (hors mis le fait qu’elle est faisable sur rail M), c’est qu’elle réserve les deux rails de roulement au seul retour du courant des locomotives.
Si aucune de tes locomotives ne pose de soucis de ce côté-là, tu fais bien d’opérer tes coupons de rail et de faire la rétrosignalisation par les rails.
Choisis de préférence le côté intérieur des courbes pour la rétrosignalisation - enfin c’est ce qui me semble préférable.

Moi, je penche pour la rétrosignalisation par détection de consommation parce que j’ai deux “candidats” à mauvaise prise de masse, qui fonctionnent bien sur C mais pas sur K (et les pertes de contact ne sont même pas uniquement dans les aiguillages !), ce qui m’incite à maximiser la prise de courant par les deux rails.

Tiens c’est amusant ça ?!.. moi j’ai choisi, par hasard, le côté extérieur des courbes (et des droites)… :slight_smile:
Ceci dit le fil pour la rétro d’occupation des aiguillages, qui nécessite donc aussi l’opération de séparation des aiguilles voies C, montre un schéma où la rétro est faite à partir de la voie intérieure. Mais là aussi on pourrait opter pour l’autre file de rail.

Le plus important… c’est qu’on s’y tienne sur tout le réseau afin de ne pas se tromper dans le côté des isolations, et après montage en cas de débogage d’un canton.

A+ :slight_smile:

Bonsoir à tous,

Compte tenu du sujet traité, je pense que ce document de synthèse trouvé sur le net pourra trouver une bonne place dans la documentation associée à nos petits trains. Dommage que les 3 derniers paragraphes n’aient pas été achevés.

Cantons.pdf (378 KB)

J’ai déjà joint récemment ce document dans un fil, mais le titre de celui-ci m’invite à le dupliquer à cet endroit sans réserve.

En plus on y parle en bien du 3 rails :wink: :wink:.
Je cite la dernière phrase du document : " Mais la grosse différence par rapport au système 2 rails, est que l’essieu qui établit le contact continue à capter le courant par l’autre file de rails. On peut donc sans problème allonger la longueur de la section “flottante”, et de ce fait revenir à une fiablité très satisfaisante. En fait, ce mode de détection est pratiquement le meilleur compromis en 3 rails.

Bonne lecture

Amitiés bretonnes

Bonsoir,
Je cite: “Jean-Luc, il y a une petite erreur dans la reproduction 1 de mon schéma, sans doute parceque mon propre schéma n’a pas été dessiné avec suffisamment de soin. On ne peut PAS brancher le fil rouge de courant traction à gauche sur la même file de rails que le fil bleu à droite. En 3-rail, Marklin, le fil rouge est branché sur le rail-picots central.”

Version corrigée…

C’est oik cette fois ?

Bonne fin de soirée Jean-Luc

Bonjour à tous,

Jean-Paul, très intéressant cette doc. En effet dommage qu’elle n’ait pas été terminée, mais ce qui est dit est très intéressant. A noter qu’il semble que CDM fonctionne avec des signaux (?) alors que RRTC et aussi sans doute Itrain ont ces signaux “virtuels”. Quand on veut rajouter des signaux sur le réseau, il faut donc aussi les connecter à un décodeur spécifique et programmer le logiciel pour qu’ils allument les feux correctement en fonction de la situation. sur mon réseau j’ai considéré 3 types de signaux (SNCF), du plus simple au plus compliqué (d’après moi) : Les signaux de canton en pleine voie, les signaux d’entrée en gare à l’entré d’un grill et enfin les signaux de sortie de gare. Ca fait plus d’un an que j’ai tout le matériel et que j’ai commencé la configuration de TC… mais je procrastine “à donf” pour reprendre tout ça en ce moment… c’est donc “on hold”, même si sur le TCO de TC les 2 premiers cas fonctionnent bien. :suspect:

Jean-Luc, tu y es… presque :open_mouth: . Maintenant je vois en effet que chaque couleur est sur son rail… mais, mais mais, mais… c’est la file de rail bleue qui doit être isolée. On n’isole jamais le courant traction, au contraire on le repique dans chaque canton afin d’avoir un courant traction sans atténuation.

A+ :sunglasses:

Bonjour,
Dernière mouture


J’espère que c’est la bonne…
Jean-Luc

Oh la la… il y avait une chance sur deux que tu redessines du mauvais côté… et tu l’as fait :face: a cause de moi car je me suis mal expliqué :blush: Je vais donc réquepépeter depuis’l bédut… en renvoyant un schéma où je m’appliquerai mieux. Patience… :vieux:

Allez voilà le dessin correct. Compare avec le tiens… et cherche les erreurs. Si avec ça tu ne piges pas, je jette l’éponge.
PS. Pour mieux comprendre il faut que tu mettes 3 coupons joints les uns aux autre, à l’envers, et tu verras que les connecteurs sous le ballast sont attachés aux voies comme je le dessine. Prends une loupe si nécessaire

Bonsoir,
Oui je suis un idiot, mon dessin n’était pas logique maintenant c’est ok pour la rétro par détection de présence…On n’est pas sorti de l’auberge, reste la rétro par détection de consommation de courant et détection par contact, si on élimine le contact, la solution “détection de courant” éviterait la "mutilation des rails, mais quel est dans ce cas le câblage à prévoir ?
Bonne fin de soirée Jean-Luc

Juste un fil entre le module de rétro et le rail central dans chaque canton.

Bonjour

Je suppose que tu parles de retrosignalisation par détection de courant ?
Jean-Luc