Le nouveau réseau de la CIC

Bonjour Manu, bonjour tout le monde,

Ta voie C ressemble à une voie K ballastée !!! Beau travail !!

J’attends ton passage piéton, même si j’ai une technique pour ça (j’ai fait un post sur le sujet …mais je ne me souviens plus du titre -Merci Alzheimerr !!).

Claude papaciela

Je viens de fouiller ma mémoire et le forum …le sujet s’appelle “Faire des passe-pieds”.

1 « J'aime »

Très bien Manu, comme toujours le rendu est excellent.

1 « J'aime »

Aujourd’hui, visite d’un des plus grands réseaux de trains miniatures d’Europe. Un reportage à venir…

2 « J'aime »

Réfection du tableau électrique du réseau

Episode 316 • Qu’il s’agisse d’un petit réseau ou d’une grande installation, il est souhaitable qu’il dispose d’une installation électrique indépendante et protégée.

Sur mon ancien réseau, l’alimentation électrique 200v était commandée directement sur le (trop) grand pupitre de contrôle par des interrupteurs. Sur ma nouvelle installation modulaire, les tableaux de commande sont beaucoup plus petits et répartis tout au long des modules. Pour rompre la monotonie du fastidieux ballastage de la voie C, j’ai donc décidé de refaire complètement l’alimentation 220 v.

Photo 2627 : Lancien tableau d’alimentation électrique 220 v du réseau Ho. Source : letraindemanu.fr

Tout en bois de récupération.

Mon réseau est somme toute assez modeste. Même si au final il fera le tour de la pièce, peu de trains seront simultanément en circulation. J’aurais donc au final trois circuits 220 V : la centrale digitale, le transformateur pour accessoires, et l’alimentation pour l’éclairage des modules. J’ai donc besoin de trois prises protégées par un disjoncteur de 10 A.

Le panneau est une chute de contreplaqué 5 mm d’épaisseur de 60 x 16 cm. Il est collé à la Néoprène sur un cadre en tasseaux de 12 x 27 mm également de récupération. Ceci permet de ranger proprement les câbles en tension domestique à l’abri des mains imprudentes…

En tête d’alimentation, j’ai installé une boite pour deux disjoncteurs : Un pour le réseau, le second (pas encore installé) pour la partie atelier. Ce disjoncteur 10 A alimente trois prises de courant. Le câblage est réalisé avec des fils de section 1,5 mm².

Photo 2628 : le nouveau tableau d’alimentation électrique 220 v du réseau Ho. Source : letraindemanu.fr

Dans l’idéal, il faudrait que ce tableau soit alimenté par un circuit séparé venant directement du tableau électrique du logement. Etant locataire d’un appartement assez ancien d’un bailleur social, je ne vais pas me lancer dans de tels travaux qui m’obligerait à traverser tout le logement. Provisoirement, le tableau est donc raccordé à une prise murale existante de la pièce, raison pour laquelle je ne pouvais pas monter au dessus des 10 A.

Le réseau est malgré tout protégé.

Le tableau électrique est peint de la même couleur que l’armoire sur laquelle il est vissé. La finition est réalisée avec une étiqueteuse à rubans qui rappelle la tension et l’ampérage sur chaque prise et la position on/off du disjoncteur.

Emmanuel

2 « J'aime »

Passage planchéié sur voie C Märklin / Trix

letraindemanu logo astuce

Épisode 317 • Avec ses picots centraux, la voie Märklin rend plus compliqué les passages de voie. Dans cet exercice, je réalise un petit passage planchéié pour le personnel de la compagnie.

En version 2 rails, il n’est pas trop compliqué de combler un entre-rails. En revanche, que ce soit pour un passage à niveau ou un passage planchéié pour les voyageurs ou le personnel, il n’est pas toujours aisé de combler la voie Märklin en raison de la présence des picots centraux. Plus encore avec la voie K puisque les picots y sont rectangulaires. C’est en tout cas un problème auquel j’ai été confronté durant des années pour obtenir à la fois un résultat techniquement fiable et séduisant esthétiquement. Sur mon ancien réseau, l’embranchement de la STPM en voie noyée m’avait posé beaucoup de soucis. Le résultat obtenu n’était pas convaincant.

Photo 2629 : Un passage planchéié en voie C Märklin. Source : letraindemanu.fr

Un peu plus facile avec la voie C

Sur la voie C, les picots centraux sont plus petits et surtout carrés. J’ai donc voulu tenter la réalisation d’un petit passage planchéié pour le personnel.

Boite à fromage pour accès extérieurs

Pour les accès extérieurs, j’ai utilisé des morceaux de bois issus d’une boite à fromage. Je découpe deux carrés de 15 x 15 mm. Avec une pointe je grave quatre lignes au recto. Le bois étant un peu trop épais, j’amincis l’épaisseur du coté rails au verso. Lorsque l’épaisseur est satisfaisante, chaque morceau de bois est collé à la colle cyanoacrylate Colle21.

Photo 2630 : Un passage planchéié en voie C Märklin. Source : letraindemanu.fr

Carton fin pour la passage planchéié

Pas évident de trouver la bonne épaisseur. Après plusieurs essais, j’ai finalement utilisé un carton de 1 mm issu d’un rebut de mon Hôtel du Nord. Je découpe une bande de 13 mm x 20 mm.

Il est ensuite appliqué sur un coupon de voie C pour obtenir l’emplacement des picots. Avec ma pointe, par le dessous (donc coté traverses), je perce délicatement deux petits trous à l’emplacement des picots. Puis, par le dessus cette fois, j’élargis ces trous avec ma pointe. Les trous obtenus doivent être juste au bon diamètre. Plusieurs essais seront peut-être nécessaires, le carton étant très fin.

Peinture

Le carton ainsi préparé est peint avec une acrylique non diluée couleur «ombre brûlée». Les accès en bois sont peints avec la même couleur, mais diluée avec de l’alcool à 70°.

La peinture sèche, le carton est collé avec un peu de cyanoacrylate Colle21. Avec un petit tournevis, le carton est aplati autour des picots si besoin.

Et pour finir, des bandes latérales de visibilité blanches sont peintes au pinceau fin de chaque coté du passage. Peinture acrylique non diluée.

Les pistes d’accès au passage sont réalisées avec du sable naturel très fin étalé à sec puis collé avec de la colle vinylique diluée à 50% d’eau comme pour la fixation du ballast.

Une barrière de protection est installée le long de la voie pour protéger le personnel des circulations.

Photo 2631 : Un passage planchéié en voie C Märklin. Source : letraindemanu.fr

Le personnel de la compagnie pourra désormais circuler en toute sécurité vers le signal de sortie Ouest.

Emmanuel

7 « J'aime »

Du beau travail, Manu. J’ai utilisé une technique similaire aux Robertmonts. Simple, pas cher, esthétique préservée, et conduite électrique assurée.
Bonne continuation. :slight_smile:

1 « J'aime »

Un quai en sable naturel pour ma gare

Épisode 318 • Dans cet opus, je construis le quai central de ma nouvelle gare rurale. La méthode sera différente de celle utilisée pour le quai de mon ancienne ZI Nord.

Les travaux progressent dans ma nouvelle gare « Sainte-Gisèle ». Après le ballastage de la voie principale, j’ai ballasté la voie d’évitement selon la même technique. J’ai tout d’abord posé une sous-couche de Dépron de 6 mm à l’emplacement du bâtiment voyageur et son quai. Puis ballastage de la voie d’évitement et peinture noire de chaque coté de la voie.

Photo 2632 : Un quai Ho en sable naturel. Source : letraindemanu.fr

Photo 2633 : Préparation de la sous-couche en Dépron 6 mm coté BV. Source : letraindemanu.fr

Photo 2634 : ballastage de la voie d’évitement de la gare en voie C Märklin / Trix. Source : letraindemanu.fr

Quai en Dépron

Dans ma ZI Nord, j’avais réalisé le quai central à base de Carton-Plume™ recouvert de papier de verre. Le résultat n’était pas inintéressant avec cette technique facile, mais je souhaitais une surface plus réaliste. Pour ma nouvelle gare, j’ai donc opté pour un quai en Dépron 6 mm recouvert de sable naturel.

Le quai mesure 110 cm x 40 mm. Aux extrémités, le huit derniers centimètres sont poncés pour obtenir une pente douce. Dans mon cas, le quai est coupé en trois morceaux qui correspondent aux différents modules puisque la gare est installée sur trois Modulinos de 58 cm chacun.

Avec ma pointe, j’ai percé les orifices qui reçoivent les gaines des futurs lampadaires, au nombre de six. De même, je découpe l’emplacement rectangulaire de la grue à eau motorisée Viessmann offerte par Julie. Avec une lime plate, je désépaissis le quai au point de jonction avec le futur passage planchéié venant du BV (bâtiment voyageur).

Parement Faller

Pour les parements, j’ai utilisé une plaque Faller 170602, imitation pierres. Il existe chez nos artisans des produits plus beaux, en particulier des bordures gravées. Les plaques Faller sont peu onéreuses, se découpent au millimètre (grille de découpe au dos).

Je découpe des bandes de 6 mm de hauteur. Elles sont ensuite collées sur la tranche du quai à la colle vinylique non diluée appliquée au pinceau à poils durs. On laisse sécher entre deux gros tasseaux pour maintenir la pression.

Bordures

Sur mon ancien quai de ZI Nord, les bordures avaient été réalisées avec du carton Canson, gravé à la pointe puis plié en son centre sur le dos d’une lame de cutter. Pour mon nouveau quai, j’ai utilisé des profilés en L extraits de grappes Vollmer 5021 offertes il y a quelques mois par Jeanne et Olivier. Elles ont été collées à la cyanoacrylate Colle21.

Attention : la colle cyanoacrylate attaque les mousses polyuréthane (Dépron, Carton-plume pelé, polystyrène,…) il est donc indispensable d’appliquer au préalable le Primer21 sur la surface. A défaut le quai va être troué. Ce produit s’applique avec le pinceau intégré au bouchon.

Les bordures sont ensuite peintes en blanc acrylique appliqué au pinceau. Il est sans doute préférable de les peindre en blanc avec une peinture en bombe et de les coller ensuite.

Jardinières

Sur mon ancien quai, j’avais recyclé d’anciens boulons de 10 pour en faire des jardinières. Je reprends le même principe pour mon nouveau quai. Ils sont peints en blanc. Là encore, une peinture en bombe serait plus pertinente. Puis ils sont collés à la cyanoacrylate Colle21 sur le quai en Dépron™.

On laisse sécher les peintures une journée.

Photo 2635 : L’extrémité ouest du quai central prêt à être sablé… Source : letraindemanu.fr

Pose du sable

Le quai est posé sur des feuilles de papier publicitaire.

Le sable est déposé à sec avec mon godet verseur selon une technique très semblable au ballastage de la voie C Märklin / Trix. Mais, contrairement au ballast qui nécessite un versement parcimonieux et précis des graviers entre les traverses, le sable est ici déposé par des gestes plus amples et plus rapides de bout en bout du quai. L’ idée est d’obtenir une épaisseur de 1 mm correspondant à l’épaisseur des profilés des bordures. Forcément, la dispersion déborde sur le papier publicitaire, mais l’étalement du sable est plus régulier.

Photo 2636 : Opération de sablage du quai. Source : letraindemanu.fr

Même avec cette technique, on a des irrégularités. J’utilise donc une patte métallique dont la tranche repose sur chaque bordure. Il suffit alors d’égaliser. La partie la plus délicate reste l’abaissement à hauteur du futur passage planchéié. S’il est besoin de tasser le sable, je conseille d’utiliser une chute de Dépron de 5 à 6 cm de large. Car plus la largeur est faible, plus on risque des traits de marquage.

Photo 2637 : Opération de sablage du quai. Source : letraindemanu.fr

Le sable étant posé à sec, on peut recommencer les opérations autant que nécessaire jusqu’à obtention d’un résultat esthétique.

Lorsque le résultat est satisfaisant, on humidifie largement le sable avec un brumisateur. Avec un vaporisateur manuel, il faut être à une bonne cinquantaine de centimètres et en biais pour éviter des gouttes qui vont créer de petits cratères inesthétiques, d’autant que le sable humide est beaucoup plus difficile à corriger.

Enfin, on dépose un mélange de colle vinylique diluée à 50% d’eau et deux gouttes de produit vaisselle appliquée en goutte à goutte avec une aiguille intramusculaire montée sur une seringue. On débute par les extérieurs près des bordures et on termine par le centre.

Il faut laisser sécher deux jours.

Mise en place du quai

Le quai est ensuite collé à son emplacement sur une couche de colle vinylique non diluée. Une voiture avec marchepied et une locomotive à vapeur permettent de vérifier le libre gabarit. Des pattes métalliques posées à plat sur les bordures permettent de poser de petites boites de conserve le temps du séchage.

L’espace entre le ballast et le quai est ensuite comblé de graviers versés à sec puis collés à la colle vinylique. On peut ajouter quelques touffes d’herbes.

Photo 2638 à 2640 : Un quai Ho en sable naturel. Source : letraindemanu.fr

Les lampadaires seront installés plus tard pour ne pas gêner les travaux plus en fond de décor.

Emmanuel

12 « J'aime »

Bonjour,

Bravo Manu, le résultat est top !

Vivement la suite !

Thomas

1 « J'aime »

Merci. Je vais peut-etre passer un jus de lavis poussière pour salir un ce quai trop propre. Mais le résultat est deja sympa.

1 « J'aime »

Superbe résultat. J’avais essayé cette méthode dans un réseau précédent mais je n’étais pas parvenu à lisser le sable correctement. Excellente astuce que la patte métallique.

Pour le sable, je l’avais passe sa minutes au four micro-ondes pour tuer germes, graines ou petits insectes indésirables.

Très beau fini tes quais.

Marcd

1 « J'aime »

C’est vrai que je ne l’ai pas rappelé car je l’avais évoqué dans l’episode 13, mais aussi bien mon sable que mes terres ou végétaux sont passés au four plus de quatre heures. Ca tue les bêtes mais ça déshydrate aussi les materiaux, ce qui les fend plus faciles a manipuler.

Beau travail, Manu. Le résultat est super.
C’est la technique que j’utilise aux Robertmonts et dans mes deux autres projets en cours de construction. J’utilise du sable de la Mer du Nord, passé au four, également.
Je conseille une patine en brossage à sec, je pense que le jus sale ne va pas pénétrer la coque de sable.
Bien à toi,
Pascal

1 « J'aime »

Un brossage a sec ? Tu as des conseils pour les couleurs ?

Noir + Blanc pour obtenir un gris moyen, + de l’ombre naturelle + selon l’ambiance que tu souhaites, une pointe d’ocre et/ou de brun clair pour amener de la lumière. Rien ne doit être uniforme dans les dosages. C’est la recette des Robertmonts et de mon ancien Viroinval 1956.
Bon travail
Amicalement,
Pascal

Bon, eh bien je vais faire des essais avant de toucher a mon quai… Ce sera plus sur !
Surtout que j’ai une tonne de sable en stock :wink:

Oui, bien sûr, il faut faire des essais et tu prends la formule qui te convient : il n’y pas de règles autres que le bon goût et l’objectif des nuances que tu as décidé d’obtenir. Ne pas oublier la lumière, important en modélisme. Je l’obtiens souvent par une touche finale, légère et subtile par un brossage à sec de blanc de gris (juste une caresse, à peine effleurée, sur les aspérités).

1 « J'aime »

Les travaux avancent dans ma gare :

  • construction du quai principal,
  • demenagement de la STPM dàns sa nouvelle cour pavée
  • installation du carré Est,
  • poursuite de la vegetation,

Bientot un article complet

2 « J'aime »

Première usine sur le nouveau réseau modulaire

Épisode 323 • La Société de Travaux Publics et de Maintenance (STPM) vient de déménager à proximité de la gare de « Sainte-Gisèle ».

De mon ancien réseau, j’ai réussi à récupérer presque tous mes éléments de décor. Ils vont donc pouvoir être recyclés sur le nouveau réseau modulaire, ce qui représente une économie budgétaire non négligeable.

La STPM déménage

Dans ZI Nord, cette société de travaux publics disposait d’une belle surface avec deux bâtiments et deux voies embranchées.

Photo 2663 : L’entreprise STPM dans la ZI Nord de l’ancien réseau. Source : letraindemanu.fr

Sur le nouveau réseau modulaire, la place étant plus contrainte, j’ai du amputer largement l’espace qui lui est destinée. L’entreprise n’est plus raccordée au rail et ne dispose plus que d’un seul entrepôt. Les livraisons par rail seront expédiées à la future gare marchandise.

Photo 2664 : Emplacement de l’entreprise STPM sur le nouveau réseau modulaire. Source : letraindemanu.fr

Recyclage

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Pour la voirie et la cour pavés, j’ai recyclé l’ancienne cour pavée de la société laure Noirt. En bon état, je n’ai eu besoin que de la redécouper aux nouvelles dimensions.

Photos 2665 à 2668 : la cour pavée de l’entreprise STPM sur le nouveau réseau modulaire. Source : letraindemanu.fr

Pour le bâtiment, j’ai réutilisé la jolie usine en bas-relief de l’artisan « Cités miniatures » qui convient très bien à ce type d’activité.

Pour la végétation, j’ai recyclé des arbres de chez Laure Noirt et du fond de décor de l’ancien dépôt. Les herbes sont issues de tapis MBR et MiniNatur.

La clôture et le portail en bois sont les anciennes clôtures de la société Laure Noirt. La barrière métallique est une construction du père à Olivier, l’un de mes mécènes. Le chargeur routier m’a été offert par Alain Sénès.

Le mur pentu au fond est un recyclage d’un ancien mur de tunnel en pâte à modeler qui durcit à l’air. Il a été retaillé, peint en ocre claire avec une peinture en bombe puis patiné avec un lavis de « jus crasse ».

J’ai profité des travaux sur cet emplacement pour installer le carrée de sortie Est. Il est désormais branché. Sa cible a été légèrement pivotée vers la façade pour que ses feux soient mieux visibles du spectateur.

Il me reste à brancher les éclairages, à installer quelques ouvriers et terminer le ballastage de la voie d’évitement.

Photos 2669 à 2672 : la cour pavée de l’entreprise STPM et son entrepôt de chez Cités miniatures sur le nouveau réseau modulaire. Source : letraindemanu.fr

Cet îlot de verdure est le bienvenu en cette période de fortes chaleurs.

Emmanuel

10 « J'aime »

Belles avancées. Tu dois être heureux de remettre la main dans le décor.
Les contraintes d’espace doivent amener à bien cogiter avant toute décision d’implantation.

1 « J'aime »

C’est vraiment sympa comme intégration !

1 « J'aime »