Le nouveau réseau de la CIC

Non pour les pions de centrage, mais cest une excellente idée tout a fait realisable a ce stade avec des chevilles.

Bonjour Manu,

J’ai abandonné la fixation par vis des rails en voie C. Je me suis aperçu que même en portant beaucoup d’attention, on a tendance à trop serrer les vis ce qui déforme les rails.
En plus ça empire le bruit de roulement en transmettant des vibrations au support.

Pour palier à ce défaut, j’utilise tout simplement du scotch double face qui est suffisant pour assure le maintien de la voie .

Mais tu as peut-être envisager de les enlever une fois la voie habillée ?

Thomas

1 « J'aime »

Perso je ne fixe rien. Des que la voie est noyée elle ne bouge plus du tout !

1 « J'aime »

Je prends note de vos observations. Apres collage je testerai le retrait des vis…

1 « J'aime »

Bonjour,
Ayant une certaine expérience sur ce point, je suggère de coller les rails avec de la colle à bois ou vinylique classique de flocage. Cela vieillit très bien et c’est facilement démontable avec un simple couteau à lame très souple, surtout dans les endroits inaccessibles.
J’abandonne peu à peu les vis pour les raisons déjà citées.

ROZ

1 « J'aime »

En vidéos : Ballastage de la voie C Märklin / Trix

letraindemanu logo tuto

Épisode 315 • Le ballastage de la voie C est une étape fastidieuse, mais le résultat vaut le temps passé pour embellir cette voie initialement inesthétique**.**

Comme dirait notre amie Julie sur le Forum 3 rails, « la voie C… comme chiant ». Car, si la voie C Märklin, et son équivalent Trix en 2 rails, sont une voie mécaniquement pratique et électriquement fiable, il faut bien reconnaître que sur le plan esthétique, nous sommes loin des standards de ce XXIe siècle, plus proche du « train-jouet » que du « modélisme d’atmosphère ». L’étape fastidieuse d’embellissement est donc inévitable.

Photo 2620 : Tutoriel ballastage de la voie Märklin C. Source : letraindemanu.fr

Rébarbatif mais facile

Si le ballastage d’une voie Ho « classique », c’est à dire sans ballast intégré, est déjà une étape rebutante pour certains, le ballastage de la voie C Märklin / Trix l’est plus encore, car nous allons devoir travailler avec du gravier pour l’échelle N. En effet, avec son ballast plastique moche, l’espace entre le haut des traverses et le ballast est trop fin pour accepter des graviers Ho. Plus fins et donc plus légers, ces graviers nécessitent un travail de précision.

Rebutant car nous allons devoir travailler traverse par traverse. C’est long et répétitif. Il faut travailler par petites sections, d’une cinquantaine de centimètres. Le travail, même s’il est finalement assez simple, nécessite d’être soigneux et donc de bien se concentrer.

Peinture des traverses

En premier lieu, je peins en noir le sol de chaque côté de la voie. Il faut en effet camoufler la couleur blanche du Dépron™ dans lequel la voie à été encastrée (voir l’épisode précédent : pose de la voie). Pour mémoire, les flancs de rails avaient été peints à cette étape.

Photo 2621 : Tutoriel ballastage de la voie Märklin C. Peinture noire sur le Dépron le long des voies. Les flancs de rails ont été peints auparavant. Source : letraindemanu.fr

Il faut ensuite peindre les traverses. Cela nécessite d’être précis, en particulier sur la voie C Märklin, pour ne pas déposer de peinture sur les picots centraux. Ce sera donc plus simple sur la version Trix 2 rails. Si vous débordez sur le ballast plastique, pas de soucis, puisque celui-ci sera ensuite recouvert de graviers. N’abusez pas non plus ! J’ai utilisé un pinceau 3/0 et une peinture acrylique marron non diluée de chez Amsterdam. Le résultat est un peu décevant : pas assez marron à mon goût. N’hésitez pas à faire des essais sur de vieux coupons, car une fois le ballast posé c’est beaucoup plus compliqué de faire des retouches. On nettoie les dessus des rails avec un petit coton-tige imbibé d’alcool à 70°. On laisse sécher une journée car nous allons ultérieurement travailler avec de la colle diluée à l’eau.

Le choix du ballast

On travaille avec des graviers pour échelle N. Beaucoup de Märklinistes choisissent une couleur semblable à la couleur d’origine du coupon. En fait, c’est un peu selon vos goûts personnels. Dans la réalité, la couleur du ballast varie beaucoup selon les approvisionnements, les régions, l’ancienneté de sa pose et le type de circulations. Il est possible de panacher vos graviers selon vos tronçons (voie principale, voie secondaire, embranchement particulier,…). Il est aussi possible de varier plusieurs sachets pour obtenir une teinte personnelle. Enfin, comme dans la réalité, certaines portions d’une même voie peuvent avoir des graviers plus anciens ou plus récents selon les réfections et les travaux de renouvellement. Donc faites-vous plaisir ! J’ai opté pour un gravier gris clair : Noch 09174.

letraindemanu (2622) réseau Ho ballastage voie C Märklin Trix ballast Noch 09174

Photo 2622 : Tutoriel ballastage de la voie Märklin C. Ballast Noch 09174 pour échelle N. Source : Internet

En plus du ballast, il vous faudra un peu de sable naturel très fin pour réaliser les éventuelles pistes pour le personnel. Pour la végétation aux abords immédiats de la voie, j’ai opté pour des tapis herbeux de chez MBR et MiniNatur. Ils sont faciles à travailler et d’un excellent rapport qualité/prix.

Passage planchéié

Certaines portions de voie seront équipées d’un passage planchéié : passage des personnels ou traversée de voyageurs. Il doivent être définis dès cette étape puisqu’il ne faut pas ballaster la voie à leur endroit. On évite de les installer sur les aiguilles. Dans mon cas, il m’en faut un sur la voie principale (largeur 15 mm) à proximité du signal pour accéder à son armoire. Il m’en faudra un second, plus large (40 mm), en face du futur BV, sur le voie d’évitement pour permettre l’accès des voyageurs au quai central.

La pose du ballast

Plus on est précis pour la dépose des graviers, plus l’étape suivante est facile. J’utilise un petit pot à verrine en plastique carré et je verse par l’un des coins en tapotant légèrement le récipient. Je commence par déposer entre les traverses, entre les rails, en évitant autant que faire se peut d’en mettre sur les traverses elles-mêmes. J’égalise grossièrement avec l’index.

Photo 2623 : Tutoriel ballastage de la voie Märklin C. dépose du Ballast Noch 09174 pour échelle N. Source : letraindemanu.fr

Photo 2624 : Tutoriel ballastage de la voie Märklin C. Tassement du Ballast Noch 09174 pour échelle N avec une chute de Dépron. Source : letraindemanu.fr

Ensuite, je passe un pinceau fin à poils souples sur les flancs internes des rails. Avec mon pinceau 3/0 sec, je débarrasse les traverses des graviers. Il faut être délicat pour que les grains retombent entre les traverses. On veille à ce qu’aucun grain ne subsiste, surtout dans la version Märklin.

La phase suivante consiste à déposer le ballast à l’extérieur. Là encore, on commence par les espaces inter-traverses près des rails. Avec le pinceau 3/0, on nettoie les traverses. Puis on dépose les graviers plus bas.

Photo 2625 : Tutoriel ballastage de la voie Märklin C. Nettoyage des traverses. Source : letraindemanu.fr

Dans ma gare, je veux que les bords de la voie soient bien rectilignes et ne débordent pas trop puisque, du coté fond de décor, la pose d’un quai central est prévue ultérieurement : cette surface doit rester absolument vierge. Je m’aide donc d’un petit tasseau. A ce stade, les graviers sont posés proprement, mais pas encore fixés.

Piste

Coté spectateur, je vais profiter du ballastage pour mettre en place une piste pour le personnel, coté Ouest pour accéder à l’armoire technique du signal, et de la végétation sur le reste.

Sable fin et terre naturels sont déposés selon la même technique que le ballast. On verse délicatement, on tasse un peu avec la tranche d’une chute de Dépron™, on peaufine les bords au pinceau.

Collage

On humidifie la zone à coller au brumisateur. Là encore on travaille par petites surfaces. Puis, avec une aiguille intramusculaire (Embout vert) je dépose, avec une seringue, de la colle vinylique diluée à 50% d’eau chaude avec une ou deux gouttes de produit vaisselle. L’aiguille permet de verser la colle avec beaucoup de précision en goutte à goutte. La colle s’infiltre par capillarité.

Ma voie C est métamorphosée. Sur la photo ci-dessous, l’aspirateur n’a pas encore été passé. Il faut attendre 24 à 48 h pour un séchage complet.

Photo 2626 : Tutoriel ballastage de la voie Märklin C. La voie principale de la gare Saint-Gisèle est enfin ballastée… Source : letraindemanu.fr

A suivre : passage planchéié.

Ci-dessous, je vous invite à découvrir une vidéo qui reprend plus en détails cette technique dont je me suis inspirée.

Vous pourrez également trouver des conseils sur le retour d’expérience de Vincent sur le Forum 3 rails.

Emmanuel

7 « J'aime »

Bonjour Manu, bonjour tout le monde,

Ta voie C ressemble à une voie K ballastée !!! Beau travail !!

J’attends ton passage piéton, même si j’ai une technique pour ça (j’ai fait un post sur le sujet …mais je ne me souviens plus du titre -Merci Alzheimerr !!).

Claude papaciela

Je viens de fouiller ma mémoire et le forum …le sujet s’appelle “Faire des passe-pieds”.

1 « J'aime »

Très bien Manu, comme toujours le rendu est excellent.

1 « J'aime »

Aujourd’hui, visite d’un des plus grands réseaux de trains miniatures d’Europe. Un reportage à venir…

2 « J'aime »

Réfection du tableau électrique du réseau

Episode 316 • Qu’il s’agisse d’un petit réseau ou d’une grande installation, il est souhaitable qu’il dispose d’une installation électrique indépendante et protégée.

Sur mon ancien réseau, l’alimentation électrique 200v était commandée directement sur le (trop) grand pupitre de contrôle par des interrupteurs. Sur ma nouvelle installation modulaire, les tableaux de commande sont beaucoup plus petits et répartis tout au long des modules. Pour rompre la monotonie du fastidieux ballastage de la voie C, j’ai donc décidé de refaire complètement l’alimentation 220 v.

Photo 2627 : Lancien tableau d’alimentation électrique 220 v du réseau Ho. Source : letraindemanu.fr

Tout en bois de récupération.

Mon réseau est somme toute assez modeste. Même si au final il fera le tour de la pièce, peu de trains seront simultanément en circulation. J’aurais donc au final trois circuits 220 V : la centrale digitale, le transformateur pour accessoires, et l’alimentation pour l’éclairage des modules. J’ai donc besoin de trois prises protégées par un disjoncteur de 10 A.

Le panneau est une chute de contreplaqué 5 mm d’épaisseur de 60 x 16 cm. Il est collé à la Néoprène sur un cadre en tasseaux de 12 x 27 mm également de récupération. Ceci permet de ranger proprement les câbles en tension domestique à l’abri des mains imprudentes…

En tête d’alimentation, j’ai installé une boite pour deux disjoncteurs : Un pour le réseau, le second (pas encore installé) pour la partie atelier. Ce disjoncteur 10 A alimente trois prises de courant. Le câblage est réalisé avec des fils de section 1,5 mm².

Photo 2628 : le nouveau tableau d’alimentation électrique 220 v du réseau Ho. Source : letraindemanu.fr

Dans l’idéal, il faudrait que ce tableau soit alimenté par un circuit séparé venant directement du tableau électrique du logement. Etant locataire d’un appartement assez ancien d’un bailleur social, je ne vais pas me lancer dans de tels travaux qui m’obligerait à traverser tout le logement. Provisoirement, le tableau est donc raccordé à une prise murale existante de la pièce, raison pour laquelle je ne pouvais pas monter au dessus des 10 A.

Le réseau est malgré tout protégé.

Le tableau électrique est peint de la même couleur que l’armoire sur laquelle il est vissé. La finition est réalisée avec une étiqueteuse à rubans qui rappelle la tension et l’ampérage sur chaque prise et la position on/off du disjoncteur.

Emmanuel

2 « J'aime »

Passage planchéié sur voie C Märklin / Trix

letraindemanu logo astuce

Épisode 317 • Avec ses picots centraux, la voie Märklin rend plus compliqué les passages de voie. Dans cet exercice, je réalise un petit passage planchéié pour le personnel de la compagnie.

En version 2 rails, il n’est pas trop compliqué de combler un entre-rails. En revanche, que ce soit pour un passage à niveau ou un passage planchéié pour les voyageurs ou le personnel, il n’est pas toujours aisé de combler la voie Märklin en raison de la présence des picots centraux. Plus encore avec la voie K puisque les picots y sont rectangulaires. C’est en tout cas un problème auquel j’ai été confronté durant des années pour obtenir à la fois un résultat techniquement fiable et séduisant esthétiquement. Sur mon ancien réseau, l’embranchement de la STPM en voie noyée m’avait posé beaucoup de soucis. Le résultat obtenu n’était pas convaincant.

Photo 2629 : Un passage planchéié en voie C Märklin. Source : letraindemanu.fr

Un peu plus facile avec la voie C

Sur la voie C, les picots centraux sont plus petits et surtout carrés. J’ai donc voulu tenter la réalisation d’un petit passage planchéié pour le personnel.

Boite à fromage pour accès extérieurs

Pour les accès extérieurs, j’ai utilisé des morceaux de bois issus d’une boite à fromage. Je découpe deux carrés de 15 x 15 mm. Avec une pointe je grave quatre lignes au recto. Le bois étant un peu trop épais, j’amincis l’épaisseur du coté rails au verso. Lorsque l’épaisseur est satisfaisante, chaque morceau de bois est collé à la colle cyanoacrylate Colle21.

Photo 2630 : Un passage planchéié en voie C Märklin. Source : letraindemanu.fr

Carton fin pour la passage planchéié

Pas évident de trouver la bonne épaisseur. Après plusieurs essais, j’ai finalement utilisé un carton de 1 mm issu d’un rebut de mon Hôtel du Nord. Je découpe une bande de 13 mm x 20 mm.

Il est ensuite appliqué sur un coupon de voie C pour obtenir l’emplacement des picots. Avec ma pointe, par le dessous (donc coté traverses), je perce délicatement deux petits trous à l’emplacement des picots. Puis, par le dessus cette fois, j’élargis ces trous avec ma pointe. Les trous obtenus doivent être juste au bon diamètre. Plusieurs essais seront peut-être nécessaires, le carton étant très fin.

Peinture

Le carton ainsi préparé est peint avec une acrylique non diluée couleur «ombre brûlée». Les accès en bois sont peints avec la même couleur, mais diluée avec de l’alcool à 70°.

La peinture sèche, le carton est collé avec un peu de cyanoacrylate Colle21. Avec un petit tournevis, le carton est aplati autour des picots si besoin.

Et pour finir, des bandes latérales de visibilité blanches sont peintes au pinceau fin de chaque coté du passage. Peinture acrylique non diluée.

Les pistes d’accès au passage sont réalisées avec du sable naturel très fin étalé à sec puis collé avec de la colle vinylique diluée à 50% d’eau comme pour la fixation du ballast.

Une barrière de protection est installée le long de la voie pour protéger le personnel des circulations.

Photo 2631 : Un passage planchéié en voie C Märklin. Source : letraindemanu.fr

Le personnel de la compagnie pourra désormais circuler en toute sécurité vers le signal de sortie Ouest.

Emmanuel

8 « J'aime »

Du beau travail, Manu. J’ai utilisé une technique similaire aux Robertmonts. Simple, pas cher, esthétique préservée, et conduite électrique assurée.
Bonne continuation. :slight_smile:

1 « J'aime »

Un quai en sable naturel pour ma gare

Épisode 318 • Dans cet opus, je construis le quai central de ma nouvelle gare rurale. La méthode sera différente de celle utilisée pour le quai de mon ancienne ZI Nord.

Les travaux progressent dans ma nouvelle gare « Sainte-Gisèle ». Après le ballastage de la voie principale, j’ai ballasté la voie d’évitement selon la même technique. J’ai tout d’abord posé une sous-couche de Dépron de 6 mm à l’emplacement du bâtiment voyageur et son quai. Puis ballastage de la voie d’évitement et peinture noire de chaque coté de la voie.

Photo 2632 : Un quai Ho en sable naturel. Source : letraindemanu.fr

Photo 2633 : Préparation de la sous-couche en Dépron 6 mm coté BV. Source : letraindemanu.fr

Photo 2634 : ballastage de la voie d’évitement de la gare en voie C Märklin / Trix. Source : letraindemanu.fr

Quai en Dépron

Dans ma ZI Nord, j’avais réalisé le quai central à base de Carton-Plume™ recouvert de papier de verre. Le résultat n’était pas inintéressant avec cette technique facile, mais je souhaitais une surface plus réaliste. Pour ma nouvelle gare, j’ai donc opté pour un quai en Dépron 6 mm recouvert de sable naturel.

Le quai mesure 110 cm x 40 mm. Aux extrémités, le huit derniers centimètres sont poncés pour obtenir une pente douce. Dans mon cas, le quai est coupé en trois morceaux qui correspondent aux différents modules puisque la gare est installée sur trois Modulinos de 58 cm chacun.

Avec ma pointe, j’ai percé les orifices qui reçoivent les gaines des futurs lampadaires, au nombre de six. De même, je découpe l’emplacement rectangulaire de la grue à eau motorisée Viessmann offerte par Julie. Avec une lime plate, je désépaissis le quai au point de jonction avec le futur passage planchéié venant du BV (bâtiment voyageur).

Parement Faller

Pour les parements, j’ai utilisé une plaque Faller 170602, imitation pierres. Il existe chez nos artisans des produits plus beaux, en particulier des bordures gravées. Les plaques Faller sont peu onéreuses, se découpent au millimètre (grille de découpe au dos).

Je découpe des bandes de 6 mm de hauteur. Elles sont ensuite collées sur la tranche du quai à la colle vinylique non diluée appliquée au pinceau à poils durs. On laisse sécher entre deux gros tasseaux pour maintenir la pression.

Bordures

Sur mon ancien quai de ZI Nord, les bordures avaient été réalisées avec du carton Canson, gravé à la pointe puis plié en son centre sur le dos d’une lame de cutter. Pour mon nouveau quai, j’ai utilisé des profilés en L extraits de grappes Vollmer 5021 offertes il y a quelques mois par Jeanne et Olivier. Elles ont été collées à la cyanoacrylate Colle21.

Attention : la colle cyanoacrylate attaque les mousses polyuréthane (Dépron, Carton-plume pelé, polystyrène,…) il est donc indispensable d’appliquer au préalable le Primer21 sur la surface. A défaut le quai va être troué. Ce produit s’applique avec le pinceau intégré au bouchon.

Les bordures sont ensuite peintes en blanc acrylique appliqué au pinceau. Il est sans doute préférable de les peindre en blanc avec une peinture en bombe et de les coller ensuite.

Jardinières

Sur mon ancien quai, j’avais recyclé d’anciens boulons de 10 pour en faire des jardinières. Je reprends le même principe pour mon nouveau quai. Ils sont peints en blanc. Là encore, une peinture en bombe serait plus pertinente. Puis ils sont collés à la cyanoacrylate Colle21 sur le quai en Dépron™.

On laisse sécher les peintures une journée.

Photo 2635 : L’extrémité ouest du quai central prêt à être sablé… Source : letraindemanu.fr

Pose du sable

Le quai est posé sur des feuilles de papier publicitaire.

Le sable est déposé à sec avec mon godet verseur selon une technique très semblable au ballastage de la voie C Märklin / Trix. Mais, contrairement au ballast qui nécessite un versement parcimonieux et précis des graviers entre les traverses, le sable est ici déposé par des gestes plus amples et plus rapides de bout en bout du quai. L’ idée est d’obtenir une épaisseur de 1 mm correspondant à l’épaisseur des profilés des bordures. Forcément, la dispersion déborde sur le papier publicitaire, mais l’étalement du sable est plus régulier.

Photo 2636 : Opération de sablage du quai. Source : letraindemanu.fr

Même avec cette technique, on a des irrégularités. J’utilise donc une patte métallique dont la tranche repose sur chaque bordure. Il suffit alors d’égaliser. La partie la plus délicate reste l’abaissement à hauteur du futur passage planchéié. S’il est besoin de tasser le sable, je conseille d’utiliser une chute de Dépron de 5 à 6 cm de large. Car plus la largeur est faible, plus on risque des traits de marquage.

Photo 2637 : Opération de sablage du quai. Source : letraindemanu.fr

Le sable étant posé à sec, on peut recommencer les opérations autant que nécessaire jusqu’à obtention d’un résultat esthétique.

Lorsque le résultat est satisfaisant, on humidifie largement le sable avec un brumisateur. Avec un vaporisateur manuel, il faut être à une bonne cinquantaine de centimètres et en biais pour éviter des gouttes qui vont créer de petits cratères inesthétiques, d’autant que le sable humide est beaucoup plus difficile à corriger.

Enfin, on dépose un mélange de colle vinylique diluée à 50% d’eau et deux gouttes de produit vaisselle appliquée en goutte à goutte avec une aiguille intramusculaire montée sur une seringue. On débute par les extérieurs près des bordures et on termine par le centre.

Il faut laisser sécher deux jours.

Mise en place du quai

Le quai est ensuite collé à son emplacement sur une couche de colle vinylique non diluée. Une voiture avec marchepied et une locomotive à vapeur permettent de vérifier le libre gabarit. Des pattes métalliques posées à plat sur les bordures permettent de poser de petites boites de conserve le temps du séchage.

L’espace entre le ballast et le quai est ensuite comblé de graviers versés à sec puis collés à la colle vinylique. On peut ajouter quelques touffes d’herbes.

Photo 2638 à 2640 : Un quai Ho en sable naturel. Source : letraindemanu.fr

Les lampadaires seront installés plus tard pour ne pas gêner les travaux plus en fond de décor.

Emmanuel

13 « J'aime »

Bonjour,

Bravo Manu, le résultat est top !

Vivement la suite !

Thomas

1 « J'aime »

Merci. Je vais peut-etre passer un jus de lavis poussière pour salir un ce quai trop propre. Mais le résultat est deja sympa.

1 « J'aime »

Superbe résultat. J’avais essayé cette méthode dans un réseau précédent mais je n’étais pas parvenu à lisser le sable correctement. Excellente astuce que la patte métallique.

Pour le sable, je l’avais passe sa minutes au four micro-ondes pour tuer germes, graines ou petits insectes indésirables.

Très beau fini tes quais.

Marcd

1 « J'aime »

C’est vrai que je ne l’ai pas rappelé car je l’avais évoqué dans l’episode 13, mais aussi bien mon sable que mes terres ou végétaux sont passés au four plus de quatre heures. Ca tue les bêtes mais ça déshydrate aussi les materiaux, ce qui les fend plus faciles a manipuler.

Beau travail, Manu. Le résultat est super.
C’est la technique que j’utilise aux Robertmonts et dans mes deux autres projets en cours de construction. J’utilise du sable de la Mer du Nord, passé au four, également.
Je conseille une patine en brossage à sec, je pense que le jus sale ne va pas pénétrer la coque de sable.
Bien à toi,
Pascal

1 « J'aime »

Un brossage a sec ? Tu as des conseils pour les couleurs ?

Noir + Blanc pour obtenir un gris moyen, + de l’ombre naturelle + selon l’ambiance que tu souhaites, une pointe d’ocre et/ou de brun clair pour amener de la lumière. Rien ne doit être uniforme dans les dosages. C’est la recette des Robertmonts et de mon ancien Viroinval 1956.
Bon travail
Amicalement,
Pascal