Historique HO chez Marklin ?

Bonjour à tous,
quelqu’un pourrait-il me faire l’historique du HO-OO chez Marklin avec dates et photos si possible ?
Je suis totalement ignorant en ce qui concerne cette grande marque. (mille excuses à vous tous - ô sacrilège !!!)

Merci de me répondre
Portez vous bien
Philippe
trinville1962.fr

Bonjour Philippe

Un début de réponse à cette adresse :

fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A4rklin

Bonjour,

Il y a d’anciens Koll’s d’occasion pas cher sur Amazon, je vais vendre un 97 et un 2009 vers le 15/12. Détails par M.P.

Sonderzug

Bonjour Philippe,

Pour moi, il y a ce livre qui est incontournable pour une approche de Märklin. C’est aussi un des rares ouvrages en français consacrés à cette marque. Les photos sont superbes et on y trouve une belle synthèse historique très complète sur le monde Märklin, des origines aux années 90. On y consacre, bien sûr, quelques chapitres aux échelles qui vous intéressent.

Alain VAN DEN ABEELE et Eric de VILLE, Märklin, Miroir de son temps, Collection Histoire et Passion.

Je cite de mémoire, mais je peux, si vous le souhaitez, avoir des références plus précises sur l’éditeur et l’année d’édition ce soir.

Amicalement,

Pascal :study:

Bonsoir,

Il n’y a en ce moment qu’un Koll’s d’occasion au prix du neuf, par contre l’autre livre cité se trouve entre 32 et 37 Euros d’occasion.

Sonderzug

Bonsoir à tous ,
Pourquoi ne pas le dire ? Compte tenu de la somme des connaissances “MARKLIN” accumulée par les adhérents à ce forum MARKLIN, j’espérais, j’attendais, comme mon ami Philippe, des réponses plus personnelles, plus spontanées à sa question à propos de l’historique MARKLIN ! Comment est-on passé du OO au HO … etc … !
Bonne soirée
Pierre

Tout ce que je sais (ou que j’ai retenu :blush: ) de mes lectures, c’est que l’échelle OO est apparue vers 1936, alors que le pouvoir d’achat de l’Allemand “moyen” commençait à remonter après la crise de 1929.
Je crois me souvenir que l’échelle HO est apparue après la 2e guerre mondiale mais je ne sais pas vraiment pourquoi elle a été préférée au OO.

Bonsoir,

A l’époque où le site attaché au forum était actif (voir onglet “site” ci-dessus à gauche, qui ne mène plus nulle part), je m’occupais de la partie livres. J’avais rédigé quelques articles dont celui-ci qui présente le livre Märklin, Miroir de son temps. Je n’ai malheureusement pas le temps actuellement de présenter une synthèse personnelle qui tiennent la route sur ce sujet. Vous pouvez toutefois consulter les posts suivants de nos amis igf2 et markholin, deux maîtres collectionneurs de notre forum.



“”
Eric DE VILLE et Alain VAN DEN ABEELE, Märklin, Miroir de son temps, Collection, Histoire et Passion, Bruxelles, 254 pages

L’objectif des auteurs est de parcourir l’histoire de la firme Märklin et de voir comment elle a traversé les différentes époques et de comprendre ce qui a fait et fait toujours le succès de la marque.

Mais laissons les auteurs parler dans leur préface : « Nous avons tous un réseau ferroviaire inachevé dans notre cœur. Pour la majorité d’entre nous, c’est un Märklin avec son décor, ses gares, ses signaux lumineux, son faisceau naïf de rails, son éclairage nocturne délicatement féerique. Les fanatiques de la marque ne se lassent pas d’admirer ni de relire les pans d’histoire de cette maison qui est le miroir de son époque. De ses époques, devrait-on écrire pour mieux souligner la longue évolution industrielle faite en parallèle avec celle du temps. » (Page 9)

Tout au long des 21 chapitres qui scandent le livre, les auteurs s’attachent à montrer, en effet, comment la famille puis la firme Märklin a su relever les défis de la société et s’adapter aux évolution des mentalités, des techniques et du marché. Une seule ligne directrice, toutefois, traverse toutes les époques selon Märklin : l’inventivité, la passion du travail bien fait, la solidité qui fait traverser les âges aux jouets, la recherche de la perfection esthétique et technique.

Les premiers chapitres s’attachent à montrer la naissance et le développement de l’entreprise des Märklin dans une petite ville perdue de Souabe. Faut-il dire Göppingen, désormais universellement connue ? En 1840, au moment où Théodore Märklin s’y installe, la ville est en plein essor de son industrie textile et du papier, bientôt accélérée par l’apparition du chemin de fer. C’est d’abord une petite entreprise de plomberie, qui se risque au projet hasardeux de faire des jouets en métal. La seconde épouse de Théodore, Caroline Märklin, pousse son mari vers ce nouveau créneau et l’on produit artisanalement tirelires ou cuisinières de poupées… Les premiers jouets sortent en 1859, d’abord discrètement avant de faire la fortune de la famille et le bonheur de millions d’enfants, petits et grands, de par le monde et les générations.

A la fin du 19eme siècle, le catalogue présente quantité de bateaux, de forteresses en tôle, des chevaux, des véhicules hippomobiles mus par des moteurs mécaniques, des carrousels, des véhicules de pompier, des pompes à eaux, des jouets animés par la vapeurs… Les premiers trains mécaniques, aussi.

Le chapitre 4 étudie la direction d’Eugen Märklin, qui a su comprendre les changements politiques, sociaux, technologiques de son siècle. La machine à vapeur, la dynamo électrique, le moteur à explosion révolutionnent en effet le monde occidental Les cadences s’accélèrent, le confort s’améliore, les distances se réduisent, l’outil se perfectionne et procure plus de bien-être à l’ouvrier… Märklin passe de la production artisanale à la production industrielle. Märklin après avoir fait la conquête de l’Allemagne, entend faire la conquête du marché européen.

En 1891, à la foire de Leipzig, Märklin révolutionne le monde à sa manière : la toute jeune firme présente un train complet avec un ovale de voies et des aiguillages mobiles avec un écartement qui s’imposera bientôt à la majorité des autres fabricants. Märklin s’impose dès lors comme leader dans le domaine du train-jouet en imposant une certaine uniformité, qui succède au règne de la fantaisie qui avait prévalu jusqu’alors.

Sait-on encore aujourd’hui que Märklin inventa en 1909 les premiers aiguillages commandés à distance ? Il s’agit d’une commande pneumatique : génial pour l’époque !

Les années 1920 sont celles de la réorganisation du travail, ce sont celles aussi d’un nouvel envol. L’écartement O est privilégié par la clientèle, l’électricité est favorisée pour l’alimentation des moteurs, d’autant plus que le nouveau système « 20 volts » est sans danger pour les enfants. Märklin fait la conquête du marché anglais, français (trains luxueux du PLM), suisse (grosses locomotives de la ligne du Gothard), la Compagnie Internationale des Wagons-Lits, Mitropa, Rheingold… Tout un univers de rêve que Märklin contribue de nourrir.

En 1935, une autre révolution se prépare : Märklin adopte le OO lancé depuis peu par son concurrent Trix. C’est à nouveau la guerre, la chute et la renaissance avec une production faite pour séduire le vainqueur américain…

Le succès du HO dynamise Märklin qui produit 100.000 locomotives par an dès 1950. Märklin glisse à partir de là vers le modélisme ferroviaire, poussée en cela par ses concurrents directs : les locomotives sont construites avec divers matériaux pour ressembler le plus possible aux modèles réels. On regrette le temps où les enfant pouvaient prendre les trains sans les émietter : Märklin relève alors le défi de mettre en vente des modèles réalistes d’une finition et d’un détaillage irréprochable mais qui sont aussi à la portée des enfants : le pari est tenu dans les années 1980 avec les éléments métalliques réalisés en fonte injectée.

On peut également suivre, tout au long de ce livre passionnant, l’évolution de la voie, des sémaphores, des blocs, des décors, des voitures et wagons, l’apparition de « l’impensable Z mini-club », en 1972.

On visitera encore les usines où sont décrites les techniques de pointe utilisées avant de terminer le livre sue une analyse de « L’expansion selon Märklin », une « Analyse économique des 10 dernières années », puis un final « Aux amis de Märklin », dans lequel les auteurs analysent le puissant lien entre Märklin et les amateurs de Märklin, notamment par le biais des textes à l’intérêt psychologique des fameux catalogues.

Une bibliographie complète termine l’ouvrage qui mérite le détour, rien que pour les nombreuses photos d’objets de collections que l’on ne verra sans doute jamais ailleurs que dans ce livre.""

En espérant vous avoir quelque peu aidé,

Amicalement

Pascal * From United but Funny Belgium * :study:

Bonsoir à tous ,
Pourquoi ne pas le dire ? Compte tenu de la somme des connaissances “MARKLIN” accumulée par les adhérents à ce forum MARKLIN, j’espérais, j’attendais, comme mon ami Philippe, des réponses plus personnelles, plus spontanées à sa question à propos de l’historique MARKLIN ! Comment est-on passé du OO au HO … etc … !
Bonne soirée
Pierre La question est beaucoup trop vaste pour qu’il puisse y être répondu au débotté.
Disons que dans les années qui suivent la première guerre mondiale, nos amis britanniques qui pratiquaient le modéliste ferroviaire dès les années 1910 sont confrontés à la nécessité de populariser le modélisme ferroviaire et le train miniature en général ainsi que la taille plus réduite des logements.
Henry Grenly et John Bassett-Lowke proposent un “table railways” c’est à dire un train de table à échelle réduite qui sera à l’échelle 00 non vraiment définie avec un écartement de 16.5 mm, et réalisation de matériel mécanique ou électrique par la marque Bing avec laquelle Bassett-Lowke était lié: c’est un échec.
Dans le même temps ou presque, Jep crée le train mignon avec un écartement de 18 mm électrique soit par 3 files de rails soit par alimentation par pantographe avec poteaux caténaires (toujours 3 rails donc) pour la loco électrique: également un échec.
En 1936, Trix fondé par des anciens de Bing qui a fait faillite en 1932 crée un train HO avec un écartement de 16 mm, système 3 rails courant continu avec rail en bakélite qui présente la particularité d"avoir les 3 rails isolés ce qui permet de faire circuler deux trains sur la même voie commandée séparément: c’est le système trix express qui passera bientôt à un écartement de 16.5 mm avec une remarquable Pacific Nord et les voitures Nord dédiées.
De son côté, Marklin présente son train OO 16.5mm courant alternatif 3 rails à la même époque avec également la possibilité d"alimentation par caténaire.
Les deux sont un succès avec une échelle de réduction assez grosse car il faut de la place pour les moteurs.
A noter que tous les Marklins d’avant guerre OO seront uniquement des modèles allemands à l’exception de modèles spéciaux pour le marché anglais fabriqués en très petit nombre, de voitures CIWL et d’une loco US qui est une pacific allemande avec juste un pare buffle à l’avant.
Après guerre, Marklin continue à sortir des modèles OO, toujours le manque de place pour les moteurs, et vient fin des années 1940 à une échelle HO qui est celle que l’on connait (soit 1/87 ème) et qui s’est développée chez d’autres marques telles Fleischmann ou Rivarossi et aux USA.
Il demeure qu’une bonne partie des locos des années 1947 et 50s sont hors échelle, la célébre Crocodile 3015 en étant un exemple frappant.

Merci infiniment à Pascal et à Jean-Pierre pour leur approche historique de l’institution qu’est MARKLIN…
Cordialement
Pierre

[size=150]Pour répondre à tout le monde.[/size]
D’abord merci à Pierre pour avoir défendu l’éthique d’un forum, à savoir : partager,
merci à Pascal et Jean-Pierre pour leur exposé et à Francis pour son résumé.
Me voilà un peu moins inculte concernant Marklin.
Il est vrai que ma question était trop vague, pas assez développée mais par contre il faut avouer que les réponses qui ont été données très récemment ont pu profiter à d’autres membres et c’est à mon sens un des avantages d’un forum. Un bon bouquin sur Marklin en aurait fait tout autant mais nous plongeons dans l’individualisme. Partager son savoir est la qualité des enseignants et notre forum se veut pédagogique ! alors mission réussie.
Et pour cela un grand merci.
A bientôt et portez vous bien
Philippe
trinville1962.fr