Shosta - Mittlere Maienreussbrücke - il est fou, je vous dis

Bonjour à tous,

Mittlere Maienreussbrücke

Lors de l’élaboration de mon réseau, un problème de « volume libre » de décor s’est présenté. En effet, si vous regardez le plan, les voies sont en quelque sorte en « escalier ». La gare principale étant la marche la plus haute, et la voie de parade au premier plan la plus basse. Il me fallait, pour éviter un décor en pente douce et une « marche intermédiaire », un dénivelé important. Une vallée large et profonde semblait être la solution la plus appropriée.

Il me fallait donc un viaduc. La portée étant de près de 1 mètre, je ne pouvais donc pas utiliser le matériel du commerce, car beaucoup trop court. En effet, je ne connaissais pas en 2003 les superbes constructions en métal de la maison Hack.

Ma volonté d’avoir une vue aussi libre que possible sur la vallée ne me permettait pas d’utiliser les ponts en treillis de 30 cm avec des piliers en maçonnerie.
Je me suis donc décidé à construire un viaduc à une seule arche enjambant la vallée, construit en pierre de taille. Assez gros défi, pour moi, n’ayant jamais envisagé un tel ouvrage en construction intégrale. Je me réjouissais de le relever.
Les travaux avançant sur ma maquette, le moment tant attendu approchait. Les deux gares en coulisse étaient achevées, l’étape suivante était la construction du pont, proprement dite.

Ayant acheté une bonne réserve de contreplaqué de 8 mm et des plaques de maçonnerie de chez Heki, j’ai commencé à le construire à « l’envers » du bon sens… Hé oui, il fallait d’abord placer le chemin de voie qui, difficulté supplémentaire, était en pente (3.5%). Et ensuite, construire le viaduc, en dessous.

Je n’ai malheureusement pas beaucoup de photo du premier viaduc réalisé.

N’ayant pas cherché d’image d’ouvrages d’art existant, j’ai commis une grosse erreur. En effet, mes piliers étaient beaucoup trop massifs. De plus, la largeur du pont excédait largement l’emprise de la double voie. Ces erreurs ne me sont apparues que, lorsque regardant le résultat quasi fini, je me suis aperçu que j’avais pratiquement fait ce que je ne voulais pas faire… à savoir boucher la vue sur ma vallée…

Une fois de plus, Märklin Bibliothek est venu à ma rescousse… Dans leur excellent livre sur les ponts et tunnels, j’ai trouvé la présentation d’une construction avec passablement de détails du pont du milieu de la Maienreuss, sur la ligne du Gotthard, en face de la fameuse église de Wassen.

L’ouvrage complet était bien trop long pour mon réseau. En effet, hors l’arche principale, il faut ajouter 3 arches secondaires de chaque côté du pont. J’ai donc décidé de ne reproduire que la grande arche. Adaptant les dimensions à mon cas particulier (longueur et pente) j’ai profité de ma précédente construction pour améliorer grandement ma technique. En effet, en comparant les deux viaducs, vous vous apercevrez que le nouveau est bien plus fin et agréable à regarder.

De plus, des détails qui n’existaient pas sur le premier pont sont venus compléter ma construction. Contreforts, pose de la représentation d’arches en plein cintre, escalier de visite égayent maintenant ce viaduc.

Comme annoncé plus haut, la voie est en pente. J’ai donc créé mon viaduc « à plat », en partant du socle. Le sommet des 4 ouvertures sont à la même distance du tablier… ce dernier étant plus haut d’un côté, les ouvertures n’ont donc pas la même hauteur.
N’ayant peu de photos de la construction du viaduc « partiel » trônant sur mon réseau, les détails de la construction seront abordés plus bas dans cet article. Voici donc quelques vues de l’état actuel.

Comme vous pouvez le voir, il manque encore les garde-fous ainsi que le ballastage. J’ai choisi une solution de facilité concernant la caténaire : J’ai posé des mâts « doubles » au centre de la voie.

Lisant et relisant le chapitre concernant ce viaduc, l’envie de « grand » me titillait à nouveau… En effet, j’étais un brin frustré de ne pouvoir réaliser ce magnifique viaduc dans toute sa longueur… Imaginez un instant un ouvrage de plus de 235 cm à l’échelle H0…. De quoi avoir, pour une fois, un pont plus long que les trains qui y passent….
Heureusement pour moi, l’amicale dont je fais partie me permettait de réaliser, après la gare « Dammtor » de Hambourg, une nouvelle folie… Le viaduc entier avec ses 6 arches !

Voici une photo de l’original.

J’ai donc à nouveau laissé mon réseau de côté pour entreprendre ce nouveau chantier. L’ensemble devant être mobile et présenté à divers endroits lors d’exposition, j’ai construit « solide ». Le décor est composé d’une base en panneaux MDF (comme l’ensemble des caissons de modules) puis un treillis d’aluminium vient suggérer les volumes. Enfin, une finition en plâtre complète le tableau. Point négatif : le poids ! Ce module doit peser bien 75 kg une fois assemblé. Par contre, il est quasi indestructible !
La construction du nouveau viaduc devait répondre à deux contraintes : la longueur totale ne devait pas dépasser 288 cm et il devait être construit en deux modules égaux. Il fallait donc construire le pont en deux parties.

Les extrémités étant des tunnels, il me fallait donc garder un peu de place pour faire un décor un tant soit peu crédible. J’ai donc dû sacrifier une arche secondaire. Sur le module de droite se trouvent la grande arche et deux arches secondaires. Sur le gauche, j’ai placé les trois arches secondaires dont une abrite une route comme dans la réalité.
J’ai encore affiné la largeur du pont en choisissant un entraxe de voie de 64.3 mm.
La construction s’est faite en contreplaqué de 8mm en commençant par les deux faces. Un dessin avec un compas « maison » (crayon, ficelle, et un clou pour l’axe). Les deux planches fixées ensemble par quelques vis, un seul passage à la scie sauteuse et voici les deux faces de mon viaduc rigoureusement identiques.

Des entretoises rectangulaires pour fixer les deux faces à la bonne largeur et voici le squelette de mon viaduc déjà bien abouti.

Pour le fun, et pour apprécier la grandeur du projet, passage de notre animal de compagnie sous la grande arche :laughing:

L’étape suivante nécessite quelques outils spéciaux : un couteau pour couper les plaques de Heki à 45° afin de faire des jointures propres.

Le plus dur a été de réaliser de belles découpes dans la maçonnerie pour y insérer la représentation de l’arche en plein cintre, à savoir les pierres de taille en arrondi. Le bouquin de Märklin m’a fourni la solution : un gabarit en carton découpé de telle façon qu’il ne fallait plus qu’un coup de cutter pour obtenir un bel arrondi aux dimensions voulues. Les pierres de taille qui figureront les voutes sont intégrées aux plaques Heki. Découper à la bonne longueur, plier doucement en arrondi et insérer dans l’espace disponible et le tour est joué.
Voici un bout de plaque Heki. Vous coupez la ligne du bas (pierres carrées). Cela fait office de pierres de taille pour la voûte.

Voici les deux gabarits utilisés pour la coupe des 5 grandes arches et des 4 petites (ces dernières situées dans la portion de l’arche principale. Le diamètre rayon intérieur tracé au crayon figure la découpe de la voûte. Le diamètre extérieur, la coupe nécessaire pour pouvoir insérer les pierres de taille pour figurer la voûte en plein cintre.

Les voûtes peuvent être faites de plusieurs façon : en plâtre, en carton, en plaques de liège, en plaques Heki et certainement d’autres encore.

J’ai de suite abandonné le plâtre pour trois raisons : gros travail de préparation, difficulté de mise en œuvre et surtout, expansion du plâtre en séchant. Je ne voulais pas voir mon viaduc s’élargir sous la poussée du plâtre séchant!

J’ai choisi les plaques de liège de 3mm (sous couche pour parquet) car faciles à découper, à mettre en forme, à coller et à peindre. De plus, j’en avais suffisamment à ma disposition. Pourquoi chercher autre chose ?
Gros travail de peinture, en plusieurs couches.

  1. enduit total en brun assez liquide afin de remplir toutes les interstices entre les pierres.
  2. passage de l’entier des maçonneries en gris clair (mélangé avec du beige) en couches fines et sèches afin d’éviter de ne recouvrir le brun des jointures

  1. brossage à divers endroits de noir et de vert (pinceaux presque secs)
  2. finition avec du blanc afin de faire ressortir les arrêtes et les coulures de salpêtre.

Vint le temps de poser la superbe caténaire faite par Sommerfeldt. Beau, cher et fastidieux… il faut l’assembler entièrement. Afin de ne pas l’abimer lors des travaux ultérieurs, je ne l’ai pas fixée, ne laissant que les socles en bois dans lesquels je pourrais, ultérieurement, « planter » les mats.

L’ouvrage d’art étant presque terminé (ne manquent que les tabliers, les garde-fous et la caténaire qui seront montés à la fin), j’ai commencé à construire les caissons dans lesquels viendrait prendre place mon rêve de 220cm !
Ayant déjà construit 4 modules pour l’amicale, les données concernant les cotes « planes » m’étaient connues. Par contre, nouveauté, il a fallu travailler en hauteur… en effet, la voie de notre maquette modulaire étant partout à un niveau « 0 » sans dénivelé, il fallait donc que le fond du module soit à un niveau inférieur.
Voici donc les deux caissons assemblés, avec le viaduc incorporé. La découpe de la vallée sera la prochaine étape. Vous pouvez déjà apprécier le train long de 6 voitures sur l’ouvrage.

La découpe est maintenant faite.

Le fond du module se trouve à 55 cm sous le niveau des voies. Ce qui permet une vision tout à fait grandiose et inhabituelle en modèle réduit : la vue en contre-plongée… le train passe sur le viaduc et le spectateur le voit depuis en dessous…

Vu que nous sommes en décor montagneux, j’ai également créé du volume « en dessus » des voies. La hauteur du module est donc de près d’un mètre. Le plâtrage était déjà fait à moitié.

Petit conseil pour ceux qui sont en appartement… évitez le plâtrage dans le salon, la moquette n’appréciant que très modérément le plâtre liquide :imp: …. Pour ma part, le balcon était heureusement tout près…
Une fois le plâtre terminé, j’ai peint le MDF afin de lui donner une finition d’aspect gris satiné du meilleur effet (RAL 7001).

Etape suivante : le tablier du pont. J’ai découpé des « poutres » faites en balsa de 3 x 3 mm par 1 cm de long. Elles sont teintées avec de la teinte à bois, puis vieillies avec du gris (brossage à sec). Il a fallu ensuite découper le tablier de petites entailles de façon à y insérer tous les deux centimètres l’une de ces poutres de soutien.

Ces poutres supportent des dalles, pièces de bois de 4 cm de long sur un peu plus d’ 1 cm de large par 3mm d’épais. Peintes en brun puis vieillies avec la méthode de peinture à « sec ». Afin de suggérer le joint entre les « dalles » de cheminement, j’ai peint en blanc les flancs. Pose des dalles sur les poutres pour un superbe résultat.

Gros travail suivant : la peinture de ce monument…
Beaucoup d’heures passée à appliquer la peinture en plusieurs couches pour arriver à un résultat qui me satisfasse. J’ai utilisé une technique prônée par Bernhard Stein, grand maître allemand de la construction de réseaux : le « lasurage » (traduction personnelle).

Cela consiste à enduire le plâtre d’un produit le rendant moins poreux. Ensuite, pose de touches de couleurs brun, ocre, jaune ou rouge, çà et là. Bien laisser sécher. Ensuite, avec un gros pinceau, étendre une couche très liquide de peinture sombre (plus ou moins brune voir grise, selon les goûts) et essuyer immédiatement après application au moyen d’une éponge mouillée. La peinture restera dans les creux. Pour finir, avec un pinceau plat, passer de la peinture blanche quasi sèche afin de faire ressortir le relief des rochers. Cette technique demande un peu d’entrainement mais est très vite maitrisée. Le résultat est, comme vous pouvez le constater, très sympa.

Le temps est venu des finitions : pour la technique, les barrières (construction maison, avec des longueurs de laiton de 0.5 mm soudées), les poteaux de caténaire et le ballast. Pour la nature, la verdure, le flocage, le gravier etc. sans oublier les inévitables habitants des lieux.

Puis vint le temps de la première exposition dans la galerie marchande de la gare de Genève.

Et une vue de l’autre côté

Cette expo sera la seule et unique durant laquelle ce viaduc a été montré en public. Les circonstances en ont malheureusement décidé autrement.
Heureusement pour les heures de travail investies, le module trône désormais dans le réseau de notre amicale, en face de celui de la gare de Hambourg. Le plan de voie se trouve à 180cm d’altitude.

Nous avons donc la joie de voir tous nos trains passer d’en bas, vue inhabituelle d’un réseau de train miniature.

Et voilà, fin du chapitre que certain réclamaient depuis un certain temps.
Excellentes fin de vacances et à tout bientôt.
Pascal / Shosta

1 J'aime

Bonsoir :smiley:

:appl: :Coeur: :appl: :Coeur: :appl: :Coeur: :appl: :Coeur:

Merci beaucoup pour ces belles photos et un grand bravo! Tu utilises des caténaires Sommerfeldt?

Bonne soirée, Jo

Salut Pascal,

superbe boulot :appl: :appl: :appl: :appl: :appl: :appl:

Michel

Juste: Wawou! :affraid:

Bonsoir Pascal ,
Tu ne nous dit pas tout, quand je vois ce que tu fais, les bras m’en tombent !
Je sais désormais qui est l’artiste !
Je t’ai répondu ceci sur BRUXELBOURG CENTRAL :

Merci Pascal, merci Mathieu,
Merci pour vos propos élogieux et pas du tout grincheux !
Le mot “artiste” est bien trop fort, je ne suis qu’un simple passionné de matériels MDM, DISQUE ROUGE, SMCF, MARKLIN et amoureux des fabrications tout métal de ces sociétés.
Quant à mon temps disponible, que Pascal se rassure : c’est tout simplement mon “activité débordante” de retraité qui me l’offre !
Pour le reste, je dispose d’un album de photos qui me sert à illustrer letraindepierre.over-blog.com. Cette réserve est alimentée à chaque nouveau matériel arrivant (exemple la citerne SMCF AVIA arrivée début août a été aussitôt photographiée et jointe à l’album !
Pour la prise de photo, je procède ainsi : jamais de lumière artificielle, priorité à l’ouverture AV, celle-ci utilisée à 8, et utilisation de macro ou super macro pour les très gros plans. C’est tout !

Je vois que vous appréciez le photos , alors voici une nouvelle photo de la rotonde et une de la remise MARKLIN à deux voies.
Mais regardez bien aussi les 30 pages de letraindepierre.over-blog.com

Je te souhaite bonne soirée et encore toutes mes félicitations

Pierre dit Pierroviaire

DOUX JESUS! :open_mouth: Juste impressionnant et magnifique ! :study: :affraid:

Bonjour Pascal :wink: ,

WAOUUW :Coeur: :Coeur: :Coeur:

Quel superbe résultat tu as obtenu pour un travail qui en découragerait plus d’un :appl: :appl: :appl:

C’est tout simplement extraordinaire comme réalisation.

Chapeau l’artiste…

Laurent

Hello Pascal,

MAGNIFIQUE :Coeur:

@+

Salut

Whaouuu : :Coeur: :Coeur: :drunken:

Bonjour…

… Et bravo l’artiste. Ce viaduc est impressionnant. Merci pour cette présentation détaillée du travail pour sa réalisation aussi. Combien de temps a t il fallu pour réaliser ce chef d’oeuvre ?

Bonne continuation et bon train :smiley:

Bonjour Pascal,

Du Grand Art!

:Coeur: :Coeur: :Coeur: :appl: :appl: :appl:

Denys

SUPERBE :lol!: :appl:

JP

c’est vraiment magnifique
:cheers: :cheers: :cheers:

Shosta - Mittlere Maienreussbrücke - il est fou, je vous dis

C’est pas moi qui l’ai dit, mais je confirme et rajoute : Magnifique, Superbe, Epoustouflant,…

Bonne continuation,

Bien à vous.

Jean-P.

Bonjour,

votre viaduc est une réalisation extraordinaire.

Merci pour la leçon, c’est passionnnant.

Quel plaisir d’avoir un tel viaduc sur son réseau !

Bravopour lesphotos aussi.

André (Belgique) :bball:

Du grand ouvrage d’art au sens propre et au sens figuré.
Chapeau !

Bonsoir Pascal,

Très beau sujet. Merci ton excellent développement.

Pascal :study:

Bonjour…

… Et bravo l’artiste. Ce viaduc est impressionnant. Merci pour cette présentation détaillée du travail pour sa réalisation aussi. Combien de temps a t il fallu pour réaliser ce chef d’oeuvre ?

Bonne continuation et bon train :smiley:
Bonjour Jean,
merci pour les commentaires élogieux. Il m’a fallu en gros 1 mois d’été plus quelques samedi ou dimanche ainsi que pas mal de soirées :lol!: … Franchement, exactement, je ne sais pas… mais comme je suis assez persévérant, et que j’ai une caboche en pierre… quand on aime, on ne compte pas… :laughing:
Excellente soirée et à tout bientôt
Pascal Shosta

Bonsoir :smiley:

:appl: :Coeur: :appl: :Coeur: :appl: :Coeur: :appl: :Coeur:

Merci beaucoup pour ces belles photos et un grand bravo! Tu utilises des caténaires Sommerfeldt?

Bonne soirée, Jo
Salut Johannes,
oui, c’est de la Sommerfeldt.
Long à construire, mais tellement beau !
Excellente soirée.
A bientôt
Pascal Shosta

Bonsoir à tout le monde,

Je ne vous répond qu’aujourd’hui, ayant été éloigné quelques jours d’une connexion “réseau” :imp:
content de voir que cela vous plaît. Un grand merci pour vos compliments.
Comme je l’ai dit, ce module n’a malheureusement été présenté qu’une fois en public.
Donc, si jamais vous passez du côté de chez moi (certains l’ont déjà fait), un MP (avec quelques jours de préavis :lol!: ), un coup de grelot et on s’organise une petite visite ! C’est à 20 minutes de Lausanne ou 5 de Vevey…

Excellente soirée, meilleures salutations et à tout bientôt.
(L’hiver approchant, je vais pouvoir vous présenter la suite de ma collection)

Pascal / Shosta