moteurs et décodeurs d'aiguillages

Bonsoir,
Je suis toujours en quête de la meilleure solution pour mon réseau en voie C.

Au niveau des moteurs, faut-il prendre des Märklin 74491 ou des Viessmann 4558 qui a priori contienne moteur et décodeur ?
Si je prend les märklin, quel est le meilleur décodeur Märklin M83, Viessmann 5211, ESU switch pilot 2 ?

Et dernière question a priori les Viessmann peuvent être alimenté séparément, mais avec quel genre de transfo et est-ce possible pour le märklin et l’ESU ?

Suis désolé de poser sans cesse des questions, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Jean-Luc

Bonjour,

Je ne crois pas que tu auras beaucoup de retour d’expérience sur le moteur/décodeur Viessmann 4558 car c’est une nouveauté 2014 qui n’est pas encore dispo à ce que je vois dans mes recherches. Cependant, “sur le papier” il semble intéressant à une question près : dispose t il d’une alimentation séparée qui évite de pomper le courant digital du réseau ? La description est assez laconique.

Quant à l’utilisation des moteurs Marklin, ils souffrent tous du problème d’encalaminage des fins de course, particulièrement en utilisation digitale, qui nécessite de by-passer ces fins de course soit en les pontant soit en les coupant, ce dernier procédé étant irréversible.

Pour les décodeurs d’aiguillage, moi j’utilise des LDT (voir leur site en cliquant sur le mot LDT dans ma signature), couplés aux moteurs Marklin, il peut y en avoir 4 par décodeur, et j’en suis très satisfait. Ils sont alimentés séparément en courant par un transfo spécifique. Un simple transfo 220V/18V AC 30 ou 70 VA convient parfaitement.

A+

Bonjour Jean-Luc, bonjour Jean, bonjour à tous,

Je signale que Marklin à fait de gros efforts sur ces K 84 et K83 et les prix me semblent raisonnables outre Rhin. Je ne suis pas actionnaire :wink:
Ils sont multi protocoles MM DCC, il peuvent s’alimenter par la voie ou par une entrée DC séparée, et cerise sur le gâteau, ils peuvent se programmer, par des switchs de façon très intuitive en binaire (le tableau n’a plus rien à voir avec les précédents K 83 ou K 84), ou à partir de la centrale. De plus une Led verte et une rouge indiquent la position de la commande.
J’ai fait l’acquisition d’un K 84 et j’en suis très content sauf qu’il fallait pour une application signaux hobby (donc pas cher) programmer un CV et ce n’était pas écrit dans la notice !! J’ai écrit un fil sur le sujet.

[Association décodeur 60841 et signaux 74391)

A bientôt

Amitiés bretonnes dans la tempête

Bonjour,
C’est aussi mon impression et ce qui me plait c’est l’aspect multi protocole n’étant pas encore fixé sur l’évolution de mon réseau (actuellement 6021 et keyboard). Quant à l’alim extérieure, il semble qu’il faille un produit pas encore commercialisé, le convertisseur 66361 à brancher à un transfo 60822 ? Par contre je suis toujours dubitatif sur le choix des moteurs d’aiguillages…

Bonsoir Jean-Luc,

Désolé de débarqué sur le sujet avec près de 7 mois de retard. Comme vous je suis passé par cette étape cruciale et néanmoins dès plus difficiles.

De ce fait j’ai donc voulu voir par moi-même et j’ai donc tester la majorité des systèmes existant aussi bien pour la partie aiguillages pour les signaux ainsi que pour la rétrosignalisation.
Je présente ci-dessous tous ceux que j’ai pu tester. A noter que je n’ai jamais testé le Märklin 60841 et que sur le 60831 je n’en possède que 1 pour essai et que son acquisition récente
fait que je n’ai pas autant de recul que sur les autres.

Boitier pour aiguillages :
ESU Switch Pilot V1.0 / 2.0 :
++ Multiprotocoles MM et DCC
++ Possibilité de programmer chacune des sorties séparément via les CV (K83/K84) (Exemple : possibilité de connecter 3 aiguillages avec sortie par impulsion et la 4ème pour en signal avec sortie continue)
++ Programmation de l’adresse par bouton poussoir même monté sur le réseau

  • Alimentation externe possible
    ++ Gère 4 sortie + 2 sorties servo-moteur avec adresse configurable séparément pour les servo
  • Très bon rapport qualité prix surtout lorsqu’on l’emploie en K84
  • Nombreux paramètres réglable par CV même monté sur le réseau
  • Possibilité d’y ajouter un “SwitchPilot Extention” pour gérer des sorties alimentée séparément en AC/DC
  • Possibilité d’y ajouter un “Switch” pour disposer de 4 sorties servo moteur supplémentaire
    Attention les sorties sont en DC sur le Switch Pilot de base. ce qui es pratique pour les signaux mais ne fonctionne pas pour alimenter des sections. Pour ce faire il faut ajouter le Switch Pilot extension

LDT M-DEC-4 :

  • Alimentation externe
  • Existe en DDC ou en MM
  • Gère 4 sorties
    ~ Programmation de l’adresse par bouton poussoir (uniquement sur voie de programmation suivant la version)
  • Possibilité de l’acheter en kit à monter sois même pour économiser de l’argent

Märklin M83 60831 :
++ Multiprotocoles MM et DCC

  • Gestion de l’adresse par switch à l’extérieur du boitier
  • Gère 4 sorties
  • Empillable en série entre K83/K84
    – Système d’alimentation externe au prix exorbitant pas du tout pratique lorsqu’on possède une maquette d’envergure

Märklin K83 6083 :

  • Sa taille
  • Gère 4 sorties
  • Adresse pas pratique à configurer (ouverture du boitier)
    – Pas d’alimentations extérieures

Viessmann K83 :

  • Sa taille
  • Gère 4 sorties
  • Alimentation séparée
  • Adresse programmable par switch à l’extérieur du boitier
    – Fiabilité dans le temps (les 2 en ma pocession rendu l’âme…)

Aiguillage sous voie :
Märklin 74461 :
++ Alimentation extérieure

  • Programmable par switch ou par CV (uniquement sur voie de programmation)
    +/- Encastré sous l’aiguillage => prévoir un accès à travers la planche pour pouvoir y accéder

Viessmann :

  • Alimentation extérieure
  • Programmable par bouton poussoir (uniquement sur voie de programmation)
    +/- Encastré sous l’aiguillage => prévoir un accès à travers la planche pour pouvoir y accéder
    Des problèmes avec l’alimentation extérieure ont fait que je les ai finalement radié de mon réseau

Märklin 74460 :
+/- Encastré sous l’aiguillage => prévoir un accès à travers la planche pour pouvoir y accéder
– Programmable uniquement par switch
– pas d’alimentation extérieur (convient très bien pour des petits réseau)

Sortie pour alimentation externe/voies cachées :
ESU Switch Pilot V1.0 / 2.0 :
Voir ci-dessus

LDT SA-DEC-4 :
idem LDT S-DEC-4 mais avec des sorties de commutation

Märklin K84 6084 :
idem Märklin K83 mais avec des sorties de commutation
– prix exorbitant

Signaux :
Qdecoder
++ Chaqu’une des sorties du décodeur est programmable de façon séparée pour pouvoir empiler un maximum de signaux sur chacun des décodeur
++ Tous les types de signaux des principaux pays sont pré-programmés
++ Gestion de signaux complexes
++ Tous les paramètres sont programmable par CV
++ Allumage/extinction des leds des signaux progressive comme dans la réalité
Ces décodeurs sont de vrai petit bijoux

Viessmann Multiplex 52292
++ Signaux pré-programmé
++ Gestion de signaux complexes hyper simplifiée
++ Allumage/extinction des leds des signaux progressive comme dans la réalité
– Uniquement pour signaux Viessmann (soit que pour des signaux allemand)

ESU Switch Pilot V1.0 / 2.0 :
Voir ci-dessus

  • Possibilité d’y greffer le “SwitchPilot Extention” pour gérer l’alimentation de la section de voie
  • Pas de pré-programmation des signaux
  • Signaux complexes pas simple à gérer

LDT LS-DEC-SBB ou DB ou …
++ Gestion de signaux complexes
~ Adapté à un pays précis

  • Pas simple à programmer

Conclusion :
Il n’y a pas une solution parfaite. Le meilleur choix va dépendre de la taille de votre réseau, de la taille de votre budget, et du réalisme que vous souhaitez donner (pour les signaux).

Les nouveaux décodeurs boitier de Märklin (60831 & 60841) sont adaptés pour un petit/(moyen) réseau où l’ensemble des décodeurs sont regroupés en un seul point nécessitant qu’une seule alim.

En revanche Pour les réseaux de grande tailles ou l’on travaille par module je recommande :

  • Zone d’aiguillages : ESU Switch Pilot V1.0 / 2.0, LDT M-DEC-4
  • Aiguillages isolés : Märklin 74461
  • Sortie pour alimentation externe/voies cachées : ESU Switch Pilot V1.0 / 2.0, LDT SA-DEC-4
  • Zone d’aiguillages + signaux simple : ESU Switch Pilot V1.0 / 2.0
  • Signalisation (si on la veux réalise) : Qdecodeur, Viessmann décodeur multiplex (attention il faut donc employer des signaux multiplex qui vont avec)

Maintenant pour tout ce qui est moteur je tourne avec des Märklin qui ont été modifiés pour shunter les fin de course et cela fonctionne très bien en digital. Mais il es conseiller de découper la planche pour toujours avoir un accès aux moteurs d’aiguillage sans devoir enlever les voies. Ceci pouvant être problématique sur un réseau avec décor.

Je reste volontiers à disposition pour de plus amples informations

Bonjour,

dans la liste des décodeurs en boitier, manque à mon avis le tams WD-34. Il est multiprotocole MM ou DCC et permet une alimentation externe des aiguillages. En DCC on programme l’adresse par CV, en MM on ferme un contact sur la platine et envoie un signal à la première adresse choisie (en blocs de 4) pour programmer l’adresse.
En kit il est à 22,90€ plus transport (prix tams). J’en ai un mais pour l’instant il n’est pas utilisé, pour incompatibilité avec le signal digital qui sort de nom RS232.

A suivre aussi : digikeijs.com/

J’ai acheté un module pour aiguillages 2x8 sorties pour 32,5€ et configurable en k84 et un module de rétro de 16 sorties aussi. Pour le moment fonctionnement impeccable mais sur la durée je ne peux pas dire grand chose. Le packaging et le produit sont plutôt réussis et font produit de bonne qualité.

Bonsoir Blaise

C’est quel modèle de décodeur exactement qui n’a pas tenu le coup?
J’en ai plus de 10 du modèle Motorola (avec la puce Motorola et le cavalier de codage à 8 switch comme les k83 de Märklin) et ils tournent depuis 2000.
Un seul a grillé car une fiche, enfilée avec un peu trop de motivation, a touché la patte d’une diode, au final 15 centimes de réparation.
Si c’est le même modèles, ils sont super facile à réparer!

Bonne nuit

Delias

Bonjour, pour ma part, j’a acheté des 74491 de chez Märklin. c’est de la m… (hs au bout de 3 mois). Je vais essayer un moteur viessmann ref 4554( qui est encore en chemin pour cause grève de la poste en Allemagne), qui d’après le fabriquant est donné pour 100000 cycles sans maintenance. Ce moteur coute environ 40 euros et il est universel. J’espère que je n’aurais pas de problèmes. Mon pupitre de commande est fait avec du matériel Arnold n. j’ai essayé d’enlever les deux fin de course dans un des moteurs 74491: résultat bug de ma mobile station 60653. Donc raz de la mobile station et reprogrammation de mes 10 machines… Je ne passe même pas chez le revendeur pour la garantie de ces moteurs, si c’est pour remonter la même chose de chez Märklin, non merci. Où est la qualité Märklin dans ces moteurs???

Bonjour

Merci pour la présentation avant de " flinguer "

Oui, ces fins de course engendrent des problèmes, mais une fois shuntés ou retirés, c’est parfait.
Tu n’es pas le seul à avoir une MS2 et des moteurs bidouillés, mais tu dois être le seul à avoir une MS qui disjoncte après cette opération.
Donc, mauvaise réalisation et court-jus.

Bonjour à tous,

Oui, Olivier a parfaitement raison, avant de “flin…”."…de dire du “mal” :neutral_face: , des productions Märklin sur le forum Märklin, chaque nouveau membre doit prendre la peine de rédiger une courte présentation ; on peut y ajouter ses motivations en vue d’une participation au forum…

Dans cette même rubrique “présentation”, tout est (bien) indiqué afin de remplir les cases de son profil :

[size=150]LIEN[/size]

Merci ! :thks:
Maintenant, il n’est pas exact d’affirmer “de facto” que les moteurs d’aiguillages Märklin sont d’une mauvaise qualité, sans aller plus loin dans le raisonnement… :no:

Il faut simplement rappeler que par leur utilisation en mode conventionnel : alimentation, en courant alternatif 16 volts, au moyen d’une simple impulsion, par exemple à l’aide d’un bouton poussoir (sur un TCO) ou par le contact d’un relais mono-stable ; cela ne pose aucun problème ! (expérience sur une quarantaine de moteurs des deux références sur une dizaine d’années, certes en utilisation “modérée”… !)
Avec un décodeur en amont, la question (différente) a largement été évoquée sur le forum (voir notamment le topic en “note” : “Moteurs d’aiguillages, problèmes et solutions…”).

En dehors d’une utilisation entièrement gérée par un ordinateur aux fins d’une création d’itinéraires, s’agissant d’un solénoïde, je ne vois toujours pas l’intérêt de ne pas utiliser une source d’alimentation électrique “normale” et non un signal numérique (ou digital)…mais cela, c’est encore une autre question… :scratch: :arrow_right:
Le problème ne se situe pas au niveau du moteur, mais de son utilisation non conforme… :exclamation:

Bonne journée ! :zen:

Bonjour Daniel,

je dispose sur mon circuit d’essai de cinq moteurs “opérés” et un acheté neuf et installé dans son état d’origine. (Plus ceux non connectés et qui probablement n’ont jamais fonctionné… mais ils n’intéressent pas ici.)
Sur ces moteurs, utilisés en mode “analogique”, c’est à dire avec un pupitre bleu et alimenté par un transformateur bleu, un seul montre des défauts de fonctionnement : celui qui a encore ses fins de course. Quand il ne veut pas se mettre en position “droit” je dois l’actionner quelques fois dans les deux cens et c’est reparti pour une cinquantaine de commutations.

Certes, c’est un cas isolé qui ne permet pas une conclusion générale. Mais il suffit pour semer un léger doute sur la qualité desdits moteurs…

Bonjour à tous,
Entièrement d’accord avec Olivier,
Ce sont effectivement les fins de course qui engendrent des problèmes .
Je n’ai plus eu aucun problème ,une fois ces derniers retirés puis shuntés
et cela depuis une bonne dizaine d’années avec une utilisation pratiquement quotidienne.

Bonjour Daniel,
Tes remarques sont exactes mais je serais cependant plus nuancé :
En mode conventionnel, effectivement aucun problème :
Les moteurs qui ne fonctionnent pas en digital fonctionnent parfaitement en mode analogique.
et j’ai testé cela des dizaines de fois.
En mode digital (Signal numérique) les K 83 pour ne citer que les décodeurs Märklin ont tout de même été conçus et donc vendus pour faire fonctionner des aiguillages.
Supprimer et shunter les"Fins de course " règlent définitivement le problème, c’est exact,
mais, je conçois fort bien que Märklin les maintiennent pour des raisons évidentes de sécurité.
Une utilisation malencontreuse ,par des novices, de décodeurs avec les fins de course supprimés pourrait faire cramer le décodeur
sans compter les risques d’incendie engendrés.
Par contre, ce que je n’arrive toujours pas à comprendre ; c’est qu’après des décennies de recherches et de balbutiements,
les ingénieurs de chez Märklin n’aient toujours pas trouvé le moyen de produire des aiguillages avec des “Fins de course” fiables.
Est-ce un problème de surcoût ou tout simplement un problème technique insoluble ?
Peut-être que Daniel (ou un technicien ou un ingénieur) sur ce forum pourrait me donner une explication par simple curiosité d’ailleurs

Bonjour à tous,
bonjour Jules,

Non, hélas, mon raisonnement “basique” se limite essentiellement à mes seules expériences “de terrain”, sans plus… :blush:

Par contre, en tant que simple utilisateur, je reste convaincu de l’utilité absolue des “coupures en fin de course”, lorsque l’on utilise le “solénoïde” à l’aide d’un simple contact par impulsion (bouton poussoir, relais simple…), sauf si l’on peut garantir le caractère instantané de l’action, mais comment ?
Le risque est plus qu’évident si le “contact” devient permanent.
J’ai connu cela avec plusieurs relais bistables “Trix Express ou International” (grillés ! :angry: ) lorsque le “rail pédale” de la voie M se bloquait…(le fabricant a justement produit ensuite des relais avec arrêt en fin de course…après avoir eu connaissance du problème…).

En considérant que mon raisonnement est toujours aussi “basique”, je me demande si la solution (ou tout au moins une piste vers une recherche de solution) ne devrait pas porter plutôt sur la nature de l’alimentation du moteur “in fine” *(? un courant pas un signal…) *que sur la conception des “coupures en fin de course”… :scratch:
Certes, on va me répondre qu’avec un décodeur, c’est un signal numérique et non un courant électrique ! :arrow_right: :arrow_right:
Mais, en a-t-on vraiment besoin de ce décodeur… ? [size=85](J’imagine déjà les réactions… :affraid: )[/size]

OK, je confirme que tout cela est exprimé “spontanément” sans aucune véritable analyse technique…(faisabilité…?) et en se limitant plus sur la solution que la résolution du problème… :suspect:
Il nous reste qu’à attendre l’explication de l’ingénieur… :vieux:
Bonne journée ! :sunny:

Bonjour Daniel,

poser la question du “besoin” du décodeur pour les aiguillages revient au même que de se demander si l’on a besoin du frein assisté, du régulateur de vitesse, des feux automatiques, des essuie-glace automatiques, de la boîte automatique ou du GPS en voiture. Pour avoir conduit, dans les 6 cas, avec et sans le dispositif en question, je peux dire que je peux m’en passer mais que c’est quand même agréable et même parfois rassurant d’en disposer. Il semble qu’il y a des voitures qui savent faire le créneau de stationnement toutes seules… Ça, pour moi, c’est ridicule - mais il y a des gens qui ne partagent pas mon avis !
Peut-être serait-il possible de laisser de côté la question d’“utilité” en supposant que ceux qui les utilisent pensent bien que c’est utile ?

Au sujet des moteurs d’aiguillage en voie C, il ne faut pas oublier qu’ils ont été mis sut le marché une dizaine d’années après (!!!) les décodeurs pour aiguillage (par la même entreprise !), et qu’à leur conception il fallait donc intégrer la compatibilité avec les décodeurs dans le cahier des charges. Ce qui visiblement a échoué…
Il faut dire aussi qu’en 35 ans de Märklinisme et de lecture de tous types de revues ferromodélistes, j’ai pu lire beaucoup sut les relais grillés, mais jamais dans les aiguillages M ou les signaux 7039-7044. Ni les 72xx d’ailleurs. Par contre, ces appareils-là sont gros, et sauf erreur de ma part, assez gourmands en énergie.

Nous autres modélistes, sortis de la salle de jeux, avons demandé des moteurs plus fins, plus sobres - la nécessité des fins de course est le prix que nous devons payer. Encore, des dispositifs de fin de course plus gros pourraient régler le problème, mais nous voulions du petit et invisible…

D’ailleurs, techniquement parlé : ce qui entre sans un décodeur, c’est un courant portant un signal. Ce qui en sort, c’est un courant. Et le problème des décodeurs est que le courant qui sort - même s’ils acceptent une alimentation externe en ça sinusoïdal - est du cc. Et c’est le cc qui nous cause les problèmes avec les fins de course.
Il est possible, bien sûr (et les camarades du 2r nous le disent volontiers et à répétition) d’utiliser des moteurs dits lents ou servo. C’est plus sûr et même beaucoup plus beau à voir, car un aiguillage en 1:1 bouge lentement. Sauf que nos aiguillages C et K ne permettent pas de les relier aux servos - du moins pas sans les charcuterie profondément. Donc, on en reste à questionner notre fournisseur préféré pourquoi il livre du matériel inapte à l’usage prévu par le fournisseur même.

Bonjour tt le monde :smiley: :smiley:

Lorsque Wolfram parle de la lenteur des aiguillages, le moteur V4554 de Viessmann permet cet aspect réel et son bruit est moins énervant que le clic-clac de Marklin.

J ai choisi de meubler tous mes aiguillages de ce moteur V, c est un risque je le sais, pas besoin de me le dire et on va me dire aussi que les nouveaux moteurs Marklin sont supposés être corrects ’ Ni dans un cas ni dans l autre on a des preuves de fiabilité. J ai eu des problèems avec le moteur Marklin sur mon ancien réseau , j ai été obligé de procéder à l opération mais je me suis dit … ‘’ Fuck Marklin,si on ach;ete des nouveaux moteurs et qu il faut opérer pour q ils fonctionnenent…faut pas me prendre pour un cave,vais autre part’’

C esat comme si tu devrais changer la batterie neuve de ton nouveau char pour une nouvelle necause ta batterie d origine va passer l éponge après - de1000 kms

Bref passons,pour la fiabilité des Viessmann je vous tiendrai au courant …quand je le recevrai…ca fait 3 mois qu ils sont commandées et Viessmann est en rupture de stock,paraît que le V4554 a beaucoup de succès

A +

Le caribou

Bonsoir à tous

Pour répondre à Juju en particulier, mais aussi aux autres (il y a déjà 3 messages entre deux :blush: )

Perso, d’après mes connaissances professionnel, il est impossible d’avoir des moteurs de voie C ou K qui sont fiable sur le principe actuel.
Les fin de courses sont nécessaires pour la protection thermique afin d’éviter les risques de surchauffe. La norme Jouet est très dure pour le matériel, Il a le droit de flancher au bout d’un long moment, mais n’a pas le droit d’avoir le moindre risque important. (blessure, brulure, incendie, électrocution etc…) [Edit] Je parle de la norme en général, pour le cas des moteurs d’aiguille il n’y a que les risques liés à l’échauffement [/Edit]. Si il n’y a pas de fin de course, Märklin risque probablement gros en judiciaire pour un seul accident.
C’est également pour cela que Märklin ne peut pas admettre publiquement que les fins de course devraient être retiré en digital. Si on le fait et que la maison brûle, Märklin n’est plus responsable car on a trafiqué son produit…

Mais pour cette taille, il est proprement impossible de trouver des fins de course avec 500mA de pouvoir de coupure LC (comprendre pour circuit L ou C), Les meilleurs arrivent tous juste à cette valeur pour un circuit R. Et en général le pouvoir de coupure R est 5 à 10 fois le pouvoir de coupure LC. -> donc on est loin, très loin du compte.
D’ailleurs je me demande ce qui ce passe, si on laisse le moteur d’aiguille alimenté alors que sa partie mécanique est bloquée. C’est la bobine qui va cramer ou le fin de course? (J’ai tendance à dire le fin de course, mais pas envie de tester.)

Les autres solutions:

  • Condo, VDR (deux diodes Zener en tête bêche série), cela réduit le problème, mais ne l’annule pas. Les fins de course vont durer 2x, 3x plus longtemps. (A moins de vraiment gonfler le condo… ce qui a d’autre problèmes)
  • Diode, oui super en DC on devrait arriver à plusieurs milliers de commutation avant que cela lâche. Mais cela ne fonctionne pas en AC :face:
  • Les contacts à lames ouverte comme sur les anciens inverseurs analogique. Cela va beaucoup mieux car ces contacts ont besoin de l’étincelle pour se nettoyer à chaque ouverture. C’est l’inverse: si on les utilises sans courant ils arrêtent de fonctionner. [Edit][barre]Mais voila ça va très bien en AC, moins en DC et[/barre] c’est faux, voir mon message plus loin ce n’est pas simple a mettre en œuvre, il y a toujours un moment ou l’autre où ils se tordent et là c’est dure à réajuster. Si je ne fais erreur les premiers moteurs K amovible était comme cela. De même que les Bemo du Papa.

Et comme maintenant il faut utiliser des convertisseurs DC et plus des transformateurs AC (obligation de L’EU pour réduire la consommation d’électricité, ->réduction des pertes, si, si…) le problème va aussi apparaitre en analogique.

Donc en gros si je travaillais chez Märklin et que je devais développer des moteurs fiables (sans autre choix), j’irais voir ailleurs…

Moi je travail toujours sur mes décodeurs à triac. Le circuit de puissance est légèrement testé et sur une bonne voie (1 heure d’endurance à 2 commutations/min sans cramer), je dois m’attaquer au μc pour la partie décodage.

Bonne soirée

Delias

PS: Je ferais une petite vérif du texte demain, j’étais en rando toute la journée… Trop crevé pour le faire ce soir.

Bonjour Daniel,
Bonjour Delias,
Je te cite Delias
“Perso, d’après mes connaissances professionnel, il est impossible d’avoir des moteurs de voie C ou K qui sont fiable sur le principe actuel.”
C’est la réponse que j’attendais sans en être totalement certain, car ayant très peu de connaissances en ce domaine très technique,
je me doutais tout de même, que les ingénieurs de chez Märklin auraient trouvé une solution à ce problème qui perdure, depuis longtemps
si cela avait été possible.
Je te cite toujours Delias
Märklin risque probablement gros en judiciaire pour un seul accident.
Là encore toujours d’accord avec toi :
Le matériel cité est destiné au grand public et Märklin doit se protéger au niveau juridique; cela se comprend aisément.
En ce qui me concerne, j’ai supprimé et shunté les “Fins de course” et tout fonctionne sans problème aucun.

Ma question s’adresse maintenant plus spécifiquement à Daniel
Je reste cependant dubitatif quant à la politique de vente de Märklin en ce domaine précis car tout vendeur
est tenu à une obligation de résultat or j’ai eu systématiquement des problèmes avec les moteurs Märklin achetés neufs:
Soit, ils ne commutaient pas , soit, ils commutaient uniquement en position droite ou déviée suivant leur humeur.
Märklin à Göppingen avait procédé au changement du matériel sans difficulté aucune ,ce qu’il faut reconnaître, mais il faut reconnaître aussi que le problème est réapparu
au bout de quelques mois .
C’est grâce à ce forum dont j’ai suivi les conseils sur les "fins de course " que mon problème a été enfin solutionné.
Encore un grand MERCI au Forum 3 rails et en particulier à Daniel pour sa gentillesse et sa disponibilité.

Bonjour à tous,
Bonjour Jules et merci pour ton message et pour les mots sympathiques à l’égard du forum ! :thks:

Quelques remarques :

Sur l’obligation de résultat : c’est une notion juridique associée à une responsabilité civile contractuelle, que l’on oppose parfois à l’obligation de moyens, d’ailleurs à tort, car selon moi, par expérience ex-professionnelle, les deux notions peuvent se conjuguer parfois…enfin bref !
Loin de moi l’idée, malgré son intérêt évident ( :study: ), d’aller trop loin dans des considérations d’ordre juridique, mais disons, tout simplement, que l’obligation de résultat, dans le cas présent, reposerait d’abord sur l’obligation du vendeur à délivrer le produit et sur l’obligation de l’acheteur à en payer le prix…
Ensuite, si le produit est considéré comme “non conforme” et/ou affecté d’un “vice” (caché…1641 et s. C.C.), d’une erreur de conception…, ce serait alors à envisager dans le cadre d’une obligation de garantie légale et/ou contractuelle.
Le législateur européen a d’ailleurs fait évoluer ces considérations dans une approche de “garantie dite de conformité”, voir ci-après :
[size=150]LIEN[/size]

Alors maintenant, toute la question resterait de savoir si le produit en question *[size=85](qui fonctionne, certes pas comme tous voudraient, mais qui fonctionne cependant… :exclamation: sauf quelques cas isolés cités par Jules… )[/size] *rentrerait (ou pas) dans ces seules considérations d’ordre juridique… :scratch: …tout en y associant quelques aspects techniques évoqués de part et d’autre…

Comme cela a été parfaitement bien dit dans quelques messages plus haut, je résume : le “problème”, ce serait une alimentation DC (direct current) ou CC, vers un décodeur (genre K xx…) ayant pour fonction de gérer un moteur d’aiguillage disposant d’une coupure en fin de course…
C’est bien cela ? Ne disposant, ni du décodeur, ni de la notice, et sans aller plus loin dans mes recherches, je reste dans le doute…
L’utilisation dite “conventionnelle” (A.C.) serait hors du champ du problème…

J’ai parfaitement compris et j’approuve, en sus de ses explications techniques fort détaillées, les propos de Sylvain (Delias) sur l’aspect “gestion du risque” ( :study: ) intégrant le “principe de précaution” quant à l’utilisation de moteurs ne disposant pas de section de coupure en fin de course (> mes ex relais bistables Trix Express).

Je serais toutefois un peu plus prudent sur leurs conséquences possibles, et encore moins, probables (incendie, électrocution…) ; mais sans pour autant sous-estimer la notion de risque qu’il convient toujours d’évaluer en termes de fréquence et de gravité ; à défaut de statistiques probantes dans ce domaine…

Pour revenir à la question de départ, si défaut il y a (à vérifier au regard des notices), ce serait uniquement sur les conditions d’utilisation de ces moteurs, hors alimentation en C.A. ; nous pourrions alors évoquer une “obligation de conformité d’utilisation”, en y associant les prescriptions et autres recommandations du constructeur… ou “a contrario”, à la rigueur, l’absence ou le défaut de préconisation…(?)
Toutefois, cette thèse resterait à débattre avec les services compétents du constructeur ; chacun ayant à défendre ses idées…

Pour mémoire, nous avions connu, ici, un débat ( très animé d’ailleurs… :suspect: ) assez similaire, à propos des anciens “transformateurs bleus” (Märklin), avec une différence toutefois, car dans ce cas, la notice stipulait clairement les cas de non-utilisation de ces transfos en présence d’une locomotive pourvue d’une certaine catégorie de décodeurs…certains en avaient cependant fait “les frais”… :angry:
D’où l’intérêt de lire parfaitement chaque notice… :vieux:

Bonne journée ! :zen: