Digitalisation (bizarre!) loco modèle 3102 type 53 0001:

Bonjour à tous,

J’ai modernisé et digitalisé une loco 3102 type 53 0001 (la loco qui n’a jamais existé). Voir le lien ci-dessous.

https://onedrive.live.com/?cid=2F6D48DFB1851C8C&id=2F6D48DFB1851C8C!114103&parId=2F6D48DFB1851C8C!66032&o=OneUp

J’ai donc changé le moteur par un moteur HP 60941.
J’ai remplacé l’inverseur par un décodeur 60975.
J’ai changé les ampoules à incandescence par des Led (avec résistance) et j’ai pris pour le retour électrique des led le fil orange du décodeur en les isolant ainsi de la masse de la loco.
J’ai vérifié au testeur le bon isolement de la masse de la loco par rapport au fil orange du décodeur.
J’ai enrubanné dans du papier toutes les pièces sous tension susceptibles d’entrer en contact avec la carcasse métallique supérieure de la loco.

Et j’ai fait le test avant de remonter le capot (en aluminium) de la loco. Cela fonctionne à la perfection. Voir le lien ci-dessous.

https://onedrive.live.com/?cid=2F6D48DFB1851C8C&id=2F6D48DFB1851C8C!114102&parId=2F6D48DFB1851C8C!66032&o=OneUp

Et puis, après avoir replacé le capot supérieur de la loco sur le châssis, … cela ne fonctionne plus.

https://onedrive.live.com/?cid=2F6D48DFB1851C8C&id=2F6D48DFB1851C8C!114101&parId=2F6D48DFB1851C8C!66032&o=OneUp

Et en marche arrière non plus!!

https://onedrive.live.com/?cid=2F6D48DFB1851C8C&id=2F6D48DFB1851C8C!114101&parId=2F6D48DFB1851C8C!66032&o=OneUp

J’ai passé une journée entière à démonter et remonter, à tester, etc… Mais sans aucun succès.
Sans le capot, le châssis seul fonctionne à la perfection. Avec le capot (métallique!) , la loco, s’arrête, bloque, part à toute vitesse, etc…
Quelqu’un a-t-il déjà rencontré cette difficulté. Y a-t-il un remède. Si oui lequel?

Merci de votre aide… !

Bonsoir Paul,

Vos photos ne sont pas accessibles.

Il est préférable de les insérer dans votre texte avec l’icône

Capture d’écran 2020-12-14 à 17.27.37

Bonne soirée,

Bonsoir Paul

Julie a raison pour les photos, là elles sont en privé sur ton compte.

C’est le syndrome classique du court-circuit avec la carrosserie.
As-tu bien monté la flasque porte charbon tête en bas, comme devait l’être celle d’origine?
Il n’y a pas la place pour la flasque en sens normal.

Bonne suite, en croisant les doigts que le décodeur n’a pas rendu l’âme.

Sylvain

Bien vu Sylvain!
Je l’ai peut-être monté à l’envers…
Je vais de suite corriger
Je te tiens au courant…
Merci
Paul

Bonjour Paul

Effectivement, on ne peut pas voir tes photos…

Amitiés
Thierry

Bonsoir,

Je dirais même plus pas de photos, mais un vélo !!! Est-ce un appel pour nous faire pédaler ?

Laurent :smiley:

Voici les photos!





En espérant que cela passe!
Amitiés.
Paul

Les vidéos semblent privées donc inaccessibles !?

Dans le paramètrage de chacune des vidéos sous YouTube, vérifiez qu’elles sont soit publiques soit non répertoriées :

Merci Julie de l’info.
C’est la première fois que je poste une vidéo sur YouTube!




j’espère que cette fois c’est bon! -:slight_smile:

J’en avais digitalisé une il y a quelques années. Je me souviens avoir pas mal souffert… Il n’y a pas de place dans ce modèle malgré sa taille, pas même pour du papier isolant…

Mon modèle se comportait de la même façon que le tien. Dans mon cas le problème était dû à deux choses:

  • Simple: mauvaise soudure d’une des resistances sur la plaque de couverture du moteur. Dès que la capot était remis en place, cette mauvaise soudure, liée à la pression du papier d’isolation/capot et la tension du câble coupaient le contact.

  • Complexe: mauvaise connection masse, ici j’avais eu à faire à plusieurs choses. Si je me souviens bien, ce modèle ne fait son retour masse principal que par un nombre limité d’essieux; la encore, c’est surprenant considérant la taille de la bête: les deux essieux sans bande de traction en dessous du moteur à l’avant et ceux du bogie arrière sur le tender. En plus ce bogie est en plastique et utilise des balais de contact… La connection masse depuis les autres essieux est très limitée, par example la partie articulée du chassis avant n’est connectée avec le reste du modèle que par un pivot qui ne garantit pas une bonne connection dans les courbes… Dans mon cas, les roues de ces quatre essieux n’étaient pas assez propres et le chariot du bogie arrière était fissuré, ce qui ne permettait plus un contact permanent avec la voie de ce côté.

Une dernière chose pour moi était les passage des câbles, qui ne me permettait pas de remettre correctement le capot en place, je me souviens avoir acheté du cable pour décodeurs très fin pour pouvoir placer tout dans le conduit des cables originaux au centre de la surface du chassis.

Bonne chance…

Bonjour Paul

Belle machine ! Imposante et impressionnante !

J’espère que tu as pu résoudre les soucis qu’elle te cause. J’ai déjà digitalisé pal mal de machines mais je n’ai jamais observé un tel phénomène. Mais c’est vrai qu’il faut faire attention au flasque qui doit parfois être monté “tête en bas” ! Et ne pas coincer les fils. As-tu installé le décodeur dans le tender ? Je ne le vois pas… dans ce cas, as-tu bien rapatrié la masse (fil brun) sur le bloc moteur ?

Bon courage
Amitiés
Thierry.

Oui ça marche ! Vidéos sympa au demeurant.

Bonsoir,
C’est une Borsig sauf erreur avec le tender baignoire, j’en ai une grise sans les pare-fumée, que j’ai probablement publié dans mon fil rapport à ma collection. Pas de soucis particulier. De tête, la platine digitale se trouve dans le tender avec des micro switches à positionner pour fixer l’adresse de la machine. Présenté en boite blanche et faisant partie des premières machines de ma collection.

Merci à tous.
Grâce à vos conseils je suis arrivé au bout de cette difficulté.
Merci à Sylvain qui m’a conseillé de laisser le flasque tête en bas même si cela paraît bizarre. Et un examen attentif de la carrosserie m’a permis de déceler un petit creux additionnel de quelques dixièmes de millimètres à l’endroit du condensateur que j’ai repoussé sous les balais.
Merci à Nicolas qui m’a conseillé d’enlever les papiers
Merci à Julie pour son tuto sur You TUbe
Merci à Thierry pour sa sollicitude.
Et donc cela fonctionne (enfin!) maintenant.


Amitiés à tous.
Paul
1 J'aime

Bonsoir Paul,

Très heureux que tu ais pu résoudre tes problèmes de digitalisation de cette machine atypique. J’en ai trois à faire … je commence à m’inquiéter au vu des problèmes rencontrés …

A ce sujet, ce n’est pas aussi évident que tout le monde veut bien le croire : je te joins le lien vers l’extrait du catalogue 1988/1989 qui pourrait tendre à prouver le contraire …

Au delà de toute polémique historique et/ou modélistique, j’ai toujours trouvé la BR 53 de Märklin fascinante …

Amicalement,

Fred

Bonsoir à tous

Oui c’était simple à comprendre, et le scotch ne faisait pas le poids face à l’appui des arrêtes vives des pièces métalliques contre la carosserie

Il n’y a pas tant de problème que cela, c’est très (voir trop) souvent les mêmes :

  • Sur les locomotives à vapeur et tender séparé avec un moteur DCM, la flasque moteur est généralement montée à l’envers, pour les loc-tender c’est moins systématique vu que c’est souvent monté dans la cabine qui a plus de place.
  • Il faut soigner les soudures et les isolations (au moyen des petites tubes fournis avec les kits Märklin ou en gaine thermo).
  • Brancher sans adapter la longueur de fils est une fausse bonne idée. Cela nécessite de revenir par après sur les soudures alors que les points à souder ne supportent que quelques échauffements, et surtout cela fait trop de fils à casser dans la machine avec tous les risques qui y sont liés.
  • L’incompréhension des schémas de branchement. Avant d’essayer il faut être sur de ce qui doit être fait.

Mes conseils pour un débutant c’est clairement:

  • Si on ne maitrise pas la soudure, on achète du matériel à faible coût pour se faire la main (comme cela: https://www.conrad.ch/fr/o/barrettes-a-souder-2512010.html)
  • Il faut analyser comment c’est fait à l’origine et faire dans la mesure du possible de même. Il ne faut pas hésiter à prendre en photo la machine avant démontage. Si la machine a déjà été trafiquée, il faut chercher sur internet comment sont réalisées les machines en sortie d’usine (“Märklin 3102 motor” donne de très bons résultats). Rechercher la version moderne d’origine permet aussi de voir comment les pro le font. La flasque c’est typiquement un point que l’on peut voir sur le montage d’origine. Pour le passage des fils et leur longueur c’est pareil.
  • Quand on commence, on évite les acrobaties, pas de montage alambiqué, ni de fonctions avancées, garder cela pour quand on a pris le coup de main (n’est-ce pas @philou75 ?)
  • Pour les modèles Märklin avec l’inverseur classique, préférer un décodeur 21MTC et la platine séparée qui a la taille de l’inverseur et qui se fixe à la place. Cela permet un test électrique complet avant même de risquer un décodeur.
  • Un multimètre pour vérifier les continuités et les isolations c’est indispensable (cela ne vaut que quelques dizaine d’€ en entrée de gamme et c’est suffisant).
  • En troisième outil à prévoir, un testeur de décodeur comme l’ESU 53900. (pour juste une ou deux machines on peut s’en passer, mais par après c’est un gain de temps énorme lors des recherches de pannes).

Bonne suite.

Sylvain

Bonsoir Sylvain,

Merci pour tes précieux conseils ! (et pour le conseil des barrettes à souder qui vont me dépanner pour le câblage des mes moteurs d’aiguillage).

Y’a plus qu’à, en quelque sorte …