Verrouillage et destruction d'un itinéraire

Bonsoir à tous,
Avec les logiciel de commande par PC, il est possible de verrouiller un itinéraire, empêchant de ce fait de manœuvrer les branchements intempestivement.
Ma question: vu que l’occupation des branchements n’est pas contrôlée (ou peut-elle l’être, comment ?), quand et comment l’itinéraire est-il détruit, en étant sûr que le dernier essieu a bien dégagé le dernier branchement de l’itinéraire ? Je forme l’hypothèse que la destruction devrait être commandé par la libération d’un court tronçon juste après le dernier branchement ou par l’occupation d’un court tronçon à la fin du canton de destination (en étant sûr qu’aucun train ne sera plus long que la voie de destination). Il y a une lacune de sécurité si un train perd un wagon justement dans une zone de branchements non contrôlée, mais bon, ça n’est qu’un jeu.
Merci de vos intéressantes informations et cordiales salutations de Montreux.
Jean

Bonsoir Jean
Avec les itinéraires actuels sur une CS3, CS2 ou Ecos, il s’agit d’une chaine de commande d’aiguillage et c’est au créateur d’itinéraire d’ajouter des verrouillages.
Ca n’a pas toujours été ainsi: le mémory associé à la CU 6021 offrait la possibilité d’un mode verrouillage à partir des S88. Je ne peux en dire plus n’ayant jamais eu de memory.
Avec les logiciels tels que Rocrail, alors les itinéraires sont interverrouillés lorsque sécants (risque de collision)
Comment ça marche?

  • chaque pièce de voie (aiguillage, TJD, croisement, plaque tournante, etc) peut être (et sera) réservé par un itinéraire)
  • chaque itinéraire a une liste de pièces de voie empruntées ainsi que la position à prendre (droite, déviée, etc)
  • chaque itinéraire ne peut être réservé que si TOUTES ses pièces de voies sont libres. Il positionne et réserve ces pièces de voies. Elles sont verrouillées.
  • chaque itinéraire comporte un block de destination et lorsque l’arrivée est complète, alors toutes les pièces de voies réservées par l’itinéraire sont libérées.

Désolé pour cette explication barbante. Mais il résulte de ces dispositions que la seule chose demandée au modéliste et de lister toutes les pièces de voies de l’itinéraire (encore que ceci est généré en automatique par le routeur à partir du plan dessiné). Rocrail (probablement ses confrères aussi) assure les interverrouillages et les libérations.

Le dernier essieu a dégagé l’itinéraire” Rocrail permet de gérer complètement la sécurité mais les pièces de voie Märklin C ne se laissent pas facilement isoler donc en théorie si un wagon se détache c’est la “cata”. Dans la pratique, rien de tout ça car le roulement de wagons Märklin sur la voie C est exceptionnellement doux et sans à-coups. Pas de détachement et donc une détection avant et après les pièces de voies ne pose aucun problème.
Voici une illustration des itinéraires potentiellement conflictuels

Voici également un itinéraire tracé montrant la réservation des pièces de voie


Cerclé en rouge, les pièces de voies réservées sur fond rose
Cerclé en bleu: le départ de l’itinéraire
Cerclé en vert: la destination de l’itinéraire
Amicalement
Jean

Bonjour Jean,

Heu le wagon sera détecté s’il a bien les essieux conducteurs. Si un wagon reste coincé sur un aiguillage ? C’est un peu vrai pour toutes les types de voie, non ?

Bonjour Julie
Oui c’est vrai pour toutes les échelles:

  • essieux conducteurs en 3 rails
  • essieux résistifs (graphités) en 2 rails

Amicalement
Jean

Bonsoir à tous,
Un petit schéma théorique comme support à mes interrogations.


Un train se trouve sur les éléments 11 et 12; un itinéraire A-H est tracé. Un autre train est sur les éléments 32 et 33 et un itinéraire D-E est tracé. La question: quand pourra-t-on tracer l’itinéraire E-F ?
Hypothèse 1: quand le train parcourant l’itinéraire A-H aura occupé, puis libéré l’élément 43.
Hypothèse 2: quand le train parcourant l’itinéraire A-H aura occupé l’élément 45
L’hypothèse 2 est moins favorable, car elle présuppose que le train n’aura pas une longueur plus élevée que la longueur utile de la voie d’entrée; en outre cela oblige à un train court à aller jusqu’au dernier élément (45) pour que son itinéraire d’entrée soit détruit.
Accessoirement ce fonctionnement ne permet pas un “transit souple”, qui permettrait de déverrouiller les branchements au fur et à mesure de leur franchissement; il s’agit d’un “transit rigide”, où la totalité de l’itinéraire est détruit d’un seul coup.
Autre question: y a-t-il une temporisation programmable pour compenser un court déshuntage sur un élément (rail sale par exemple) , afin d’éviter une destruction prématurée de l’itinéraire ?
Bonne nuit et merci de vos lumières !
Jean / Montreux

Bonsoir Jean
Le système employé par Rocrail ne permet qu’une libération “rigide” (tout l’itinéraire est libéré lorsque tous ses éléments sont libres). Je ne sais pas si un “transit souple” est proposé pour nos trains miniatures (pas par Rocrail en tout cas) mais ceci imposerait une détection au niveau de chaque pièce de voie et une sécurité en cas de non détection transitoire. Ceci compliquerait sérieusement l’approche et demanderait un câblage nettement plus lourd.

La est tout le problème de la sécurité pour un transit souple. Un filtrage (retard en fait) est disponible mais est loin de résoudre tous les cas.
Dans le cas de Rocrail et de son approche “transit rigide” quelque remarques:

  • dans la création du plan (de voie et de ses blocks), les pièces de voies peuvent être nombreuses mais en général rassemblées par groupes et donc le temps de transit n’est pas vraiment affecté sérieusement. Pour être réaliste, il y a aussi 2 temps de retards (1) entre l’établissement de l’itinéraire et le passage au vert du signal au block de départ et (2) entre le passage au vert du signal et le démarrage du train. Ceci fait que sur Rocrail comme dans la vraie vie, les trains ne s’évitent pas “de justesse”
  • les défauts temporaires de détection ne jouent aucun rôle sur la sécurité au moins dans le cas de blocks à 2 capteurs. En effet quand le train arrive sur le premier capteur du block d’arrivée il ralentit (ou pas) et lorsqu’il arrive sur le 2ème capteur (IN) il s’arrête (ou pas) mais en tout cas tout le train est dans le block d’arrivée et ceci même si le signal est perturbé par des roues ou rails sales…

Le seul cas de figure non traité (dans mon cas) est celui du décrochement intempestif d’un wagon sur une pièce de voie. Je n’ai JAMAIS observé ça. Le seul problème que je rencontre sur mon réseau après un long arrêt c’est un faux contact sur la loco qui peut provoquer sur certaines, un arrêt brusque et parfois des déraillements en courbe et en montée. Mais ce n’est pas fréquent
Jean