Les BR 18 Allemandes

Bonsoir,

Suite aux nouveautés automne 2022 Märklin, j’ouvre ici le sujet sur les séries régionales qui ont formé les séries 18 à la DRG

-XVIII h Saxonnes futures BR 18.0
10 machines furent construites par Sächsische Maschinenfabrik à Chemnitz entre 1917 et 1918, numérotées d’abord 196 à 205 aux chemins de fer Royaux de Saxe, puis BR 18 001 à 18 010 en 1925 à la DRG.
Après la deuxième guerre mondiale, ces machines se sont retrouvées en RDA, dans la région de Dresde. Elles ont assuré les liaisons Dresde-Leipzig, Dresde-Berlin, Dresde-Bodenbach et Dresde-Breslau.
Radiées en 1965


Osterthun . com
Le modèle Gützold


Dépôt de Dresde Altstadt, en 1936

2 « J'aime »

-les Class C Wurtembergeoises futures BR 18.1
41 machines furent construites par Esslingen entre 1909 et 1921
Elles furent numérotées C 2001 à 2041 aux chemins de fer du Royaume Wurttemberg puis BR 18 101 à 137 à la DRG.
A la fin de la première guerre mondiale, 3 machines furent cédées aux titres de dommage de guerre à la France: C 2001, C 2026 et C 2027, futures 231-997 à 999 ETAT puis 3-231 A 997 à 999 SNCF.
1 machine fut cédée aux ch. de fer Polonais PKP, Om101
En 1949, 23 machines étaient opérationnelles à la DB. Elles assurèrent des express entre Heilbronn, Stuttgart, Mannheim, Ulm, Friedrichshafen.
Le dernier service fut assuré par la 18 133 le 13 février 1955 entre Immendingen et Ulm.


18 127 en 1934


18 106 en 1932

4 « J'aime »

Merci Christian pour l’initiative

Je m’installe :slight_smile:

Amicalement

Bernard

Christian,

Merci aussi pour partager tes connaissances. Tu es une énorme source d’informations.
Sincèrement.
Philippe

Christian,

Pourrais-tu nous en dire plus sur cette livrée que j’adore. La 18,3 Badoise IVh en livrée bleue acier.
La S3/6 verte est depuis début de l’année la propriété de Thierry. Un modèle Roco Platin de toute finesse.
Philippe


image
image
image
image
image

Bonjour messieurs, merci de vos messages

Je suppose que la BR 18.3 est la Märklin 39 023, BR 18 320 DRG
La Roco est la S3/6 3601 réf.69362 ou 69371 des ch. de fer de Bavière

La livrée bleue est tout simplement la livrée des machines Badoises

Christian,

Merci pour tes informations, tu as vu très juste au sujet des références, bravo. Mais je n’ai pas pu trouver sur le net, si la livrée Maerklin bleue acier de cette 18.3 ai vraiment existé.
Ma 39023 est équipée d’un décodeur Esu mfx. Elle mériterait un Zimo sound. Zimo a la bande sonore en 16 bits de cette machine. Et dommage que l’on ne puisse pas y mettre un générateur de fumée pulsée.
Philippe

Apparemment cette BR 18 320 est un numéro fantaisie, puisque les trois sous-séries sont ainsi:

Capture d’écran 2022-09-16 à 10.33.46 AM

Cette livrée bleue a existé que très peu de temps sous n°DRG

image

Continuons avec la série IVf Badoises,

Cette série de locomotives fut construite en 4 sous-séries entre 1907 et 1913.
Tout d’abord 3 machines construites par Maffei en 1909 sous les numéros 751 à 753, puis 18 201 en 1925 à la DRG pour la 753.

Les autres sous-séries furent construites par MBG Karlsruhe entre 1909 et 1913


futures BR 18 211 à 217


futures BR 18 231 à 18 238


futures BR 18 251 à 18 256


IVf 763

Les modèles Micro Feinemechanik

IV_f_852-2_600IVf 852 im Fotoanstrich (Werkssaufnahme Micro Feinmechanik)

IV_f_849-2_600
IVf 849 in Glanzblechausführung ‘ab Werk’

IV_f_847_600
IVf 847 in badischer Farbgebung schwarz/rotbraun (nach 1918, das großherzogliche Wappen ist durch den Schriftzug Baden ersetzt, Werkssaufnahme Micro Feinmechanik)

BR_18252_600
18 252 in der gewöhnungsbedürftigen frühen Reichsbahnausführung olivgrün/rotbraun
(Werkssaufnahme Micro Feinmechanik)

BR_18251_600
18 251 in Reichsbahnausführung (Werkssaufnahme Micro Feinmechanik)

Étant donné que les locomotives devaient être utilisées à la fois sur la route plate de la vallée du Rhin et dans les montagnes sur les chemins de fer de l’Odenwald et de la Forêt-Noire, elles ont reçu un diamètre de roue motrice de seulement 1 800 mm. Ils se sont révélés inadaptés à l’opération envisagée dans les basses terres. Le diamètre de la roue motrice, qui est petit pour les locomotives à vapeur express, a conduit à des vitesses relativement élevées. Ceux-ci ont entraîné une plus grande charge sur le moteur, de sorte que des dommages se produisaient souvent. Pour la série successeur IV h (BR 18.3 DRG) , un diamètre de roue motrice de 2 100 mm a été choisi comme conséquence logique.

1 « J'aime »

-La suite avec la série IVh Badoise, successeur de la série IVf Badoise
Future BR 18.3 à la DRG en 1920

20 machines furent construites par Maffei entre 1918 et 1920 pour le grand duché de Bade.

Capture d’écran 2022-09-16 à 1.13.14 PM

Vers la fin des années 1920, les locomotives de Baden ont été remplacées par des locomotives standard de classe 01 et utilisées plus au nord. En 1933, les premières locomotives arrivent à Coblence , où elles servent de réserve pour le Rheingold et circulent comme prévu sur la ligne Sarrebruck- Francfort. A partir de 1935, les IV h se retrouvent à Brême. A partir de là, ils ont été utilisés sur les routes de plaine du nord de l’Allemagne, pour lesquelles ils étaient bien adaptés.

Lors d’essais dans les années 1930, la 18 328 a atteint des vitesses allant jusqu’à 155 km/h et ses bonnes caractéristiques de fonctionnement étaient perceptibles. Après avoir installé des freins plus puissants et des ressorts plus souples, la vitesse maximale autorisée de la classe a donc été portée à 140 km/h.

A la DB:
La Deutsche Bundesbahn avait également besoin de locomotives rapides à des fins de test. Étant donné que les nouvelles locomotives standard étaient nécessaires en service opérationnel, il a été décidé de réactiver trois des IV h déjà retirées. Le choix s’est porté sur trois locomotives : 18 316, 18 319 et 18 323.
Les 18 316 et 18 323 n’ont été mis à la retraite qu’en 1969; c’étaient les dernières locomotives composées à quatre cylindres de la Deutsche Bundesbahn.

A la DR:
En 1948, la 18 314 destinée à la retraite passe à la Deutsche Reichsbahn en échange de la 18 434 restant à l’Est.
En 1967, la locomotive a été convertie au chauffage au mazout. En plus des essais, elle a également été utilisée dans le service de trains express sur les lignes Halle-Berlin et Halle-Saalfeld
Retirée du service en 1972 et a ensuite été remise au Musée des transports de Dresde, mais n’a été que rarement exposée.


BR 02 314-1 DR ex-BR 18 314


BR 18 323 à Offenburg



Osterthun

br18.3-1-2018-1

4-002211in

https://reichsbahn.nl/wp/index.php/br-18-3/

A suivre, le gros dossier des S3/6 Bavaroises BR 18.4, .5,.6

1 « J'aime »

C’est parti pour les BR 18.4, .5 et .6 Umbau, soyez indulgents :grin:

Ben, commençons par le commencement:
Ce sont donc les S3/6 Bavaroises, construites entre 1908 et 1930 par Mafféi et Henschel (série o)

Série S3/6 (1908)
3601 à 3607, futures BR 18 401 à 405 (3602 et 3605 cédées à l’ETAT en 1919)

Série S3/6 a (1909)
3608 à 3617, futures BR 18 406 à 415

Série S3/6 b (1911)
3618, future 231-983 ETAT en 1919

Série S3/6 c (1911)
3619 à 3623, futures BR 18 416 à 418. (3620 cédée à la Belgique et la 3622 cédée à la France, réseau de l’ETAT 231-984 en 1919)

Série S3/6 d (1912) “Hochhaxige”, roues de 2m
3624 à 3632, futures BR 18 441 à 449

Série S3/6 e (1912/13) “Hochhaxige”, roues de 2 m
3633 à 3641, futures BR 18 450 à 458

Série S3/6 f (1913/14)
3642 à 3644, futures BR 18 419 à 421

Série S3/6 g (1914) du Palatinat Rhénan
341 à 350, futures BR 18 425 à 18 434

Série S3/6 h (1914)
3645 à 3649, futures BR 18 422 à 18 424 (3646 et 3649 cédée à l’Etat Belge en 1919)

Série S3/6 i (1915 à 1918)
3650 à 3679, futures BR 18 461 à 18 478
3665, 3666, 3668 à 3670, 3672, 3674 à 3679 cédées à la France (réseau ETAT) en 1919 (231-985 à 996)

Série S3/6 k (1923/24)
3680 à 3709, futures BR 18 479 à 18 508

Série S3/6 l (1927)
BR 18 509 à 520
7 machines de cette série furent reconstruites entre 1953 et 1955 et donna naissance à la série BR 18.6 Umbau
18 509–>18 611, 18 510–>18 618, 18 511–>18 622, 18 514–>18 620, 18 517–>18 616, 18 518–>18 608, 18 520–>18 612.

Série S3/6 m (1927/28)
BR 18 521 à 18 528, reconstruites entre 1953 et 1956 (sauf la 18 528)
18 521–>18 601, 18 522–>.18 604, 18 523–>18 610, 18 524–>18 627, 18 525–>18 603, 18 526–>18 621, 18 527–>18 607

Série S3/6 n (1930)
18 529–> 18 615 (1955)
18 530–> 18 605 (1954)

Série S3/6 o (Henschel, 1930)
BR 18 531 à 18 548
18 531–>18 623, 18 532–>18 614, 18 534–>18 619, 18 535–>18 606, 18 536–>18 613, 18 539–>18 629, 18 540–>18 625, 18 542–>18 609, 18 543–>18 630, 18 544–>18 628, 18 545–>18 624, 18 546–>18 626, 18 547–>18 602, 18 548–>18 617

Les BR 18.6 Umbau furent affectées dans les régions de Darmstadt, Hof, Ulm, Lindau (fin de carrière), pour être finalement radiées dans les années (1966 pour la 18 630)


Passau, 1956
BR 18 626
photo: C.bellingrodt


Lindau, 27 septembre 1962
photo: Will A. Reed

https://www.marklinfan.com/f/topic.asp?TOPIC_ID=1549

2 « J'aime »

KBS,

Merci infiniment pour toutes ces informations, tu es une mine d’or.
Voici 3 photos des IVh 1, 2 et 3 Badoises.
Ce sont de superbes machines. La Maerklin 39023 est très bien reproduite. C’est une de mes plus belles vapeurs.

Philippe
image
image
image

De rien Philippe,

Nous avons donc là, la IVh 1000, 64 et 1013 respectivement futures BR 18 311, 18 302 et 18 325 DRG

Très belles photos, soit dit en passant.

KBS,

Des photos trouvées sur le site Bad IVf. Le lien que tu as posté.
Je pense que je vais demander à mon ami si il peut me monter un décodeur Zimo 16 bits sur ma Maerklin. Sur le site www.zimo.at ils ont la bande sonore en 16 bits de la Badoise IVh.
De superbes machines.
Philippe

Bonjour,

Lematec H0


Future BR 18 302


Future BR 18 312


Future BR 18 301

KBS,

Dis donc, ce sont de bien belles machines.
Ce que j’ai lu sur le site zimo.at, est que la bande sonore de cette Badische IVh a été faite pour Liliput.
Je n’ai point vu une Liliput sonorisée avec ce décodeur Zimo.
Philippe

Peu importe le modèle auquel la bande sonore est faite ou “destinée”, le principal est qu’il corresponde autant que possible à une machine 4 cylindres typique des S3/6.
On va dire que Zimo a simplement pris le son des S3/6 Bavaroises (celles qui roulent encore aujourd’hui) pour les IVh Badoises.

Rêvons encore…avec le modèle KM1

Liliput (ou du moins ce qu’il en reste) sonorise ses modèles avec Esu.

Une autre série dont on parle peu, les S3/6 d, l’une des deux séries Hochhaxige (avec la e) phares à la traction du fameux Rheingold de 1928, et autres rapides et express


BR 18 441 (ex-3624 Bay.) avec le FD80 Berlin-Munich en 1929
EJ Sonder Ausgabe 2/2002

1 « J'aime »

Une très belle photo de la S3/6 en pleine puissance.
Philippe